Produits biosourcés : comment passer à l'échelle industrielle ?

En partenariat avec The European Commission
euronews
euronews Tous droits réservés 
Par Aurora Velez
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

À Gand (Belgique), une usine pilote créée avec le soutien de la politique européenne de cohésion permet aux développeurs de produits biosourcés de passer à une échelle industrielle.

Dans leurs laits infantiles, les industriels s'efforcent de se rapprocher le plus de la composition du lait maternel. Mais il leur manquait les oligosaccharides, ces glucides qui protègent le bébé des infections virales et bactériennes. Aujourd'hui, ils peuvent être produits à grande échelle et à bas coût à partir de produits biosourcés.

Cette innovation a pris une dimension industrielle au sein d'un site appelé "Bio Base Europe Pilot Plant" (BBEPP), un projet européen implanté à Gand en Belgique.

Mais  d'abord, qu'est-ce qu'un produit biosourcé ? "Un produit biosourcé peut être toutes sortes de choses : du plastique, un ingrédient pour l'alimentation, un produit chimique, il peut s'agir de n'importe quoi," précise Wim Soetaert, PDG de BBEPP. "Il est tiré de la biomasse, des plantes généralement et bien sûr, le point essentiel, c'est qu'il est renouvelable," insiste-t-il. 

Cette usine pilote en Europe a vu le jour dans une ancienne caserne de pompiers. Ses clients, des fabricants de bioproduits innovants à très petite échelle, recourent aux installations pour passer des grammes aux tonnes.

Le site n'a pas stoppé son activité pendant la crise du coronavirus.

322 projets de développement industriel menés à bien

Le budget total de l'investissement atteint près de 13 millions d'euros dont près de trois et demi provenant de fonds de la politique européenne de cohésion. Jusqu'à présent, le site a permis de mener à bien 322 projets de développement industriel.

120 entreprises et 45 initiatives publiques ont bénéficié de ses services depuis 2008.

La diversité des projets venus de toute l'Europe fascine Isabel Prieto, ingénieur procédés au sein du site BBEPP.

"Ce qu'il y a de plus important et ce que j'aime le plus dans ce travail," fait-elle remarquer, "c'est que nous avons tous le même objectif, à savoir être capable de bâtir cette bioéconomie à travers le monde et faire réaliser aux responsables politiques et aux citoyens que c'est possible."

"Des oligosaccharides très perfectionnés"

C'est ce que fait justement l'entreprise de Wesley Carpentier avec plusieurs produits dont les oligosaccharides pour le lait en poudre infantile.

"C'est grâce à des procédés de fermentation avancés que nous sommes capables de produire ces glucides pour un coût abordable et à très grande échelle," explique Wesley Carpentier, directeur commercial chez Inbiose

"C'est une poudre blanche, légère," décrit-il en montrant un pot. "Cela ressemble à du sucre, le goût est un peu sucré," poursuit-il, "mais il s'agit en réalité d'oligosaccharides très perfectionnés : c'est exactement la même molécule que l'on trouve dans le lait maternel."

Avant cette innovation, les oligosaccharides étaient totalement absents de la formule des laits infantiles or ils sont essentiels pour mieux protéger le système immunitaire des bébés pendant les premiers mois après leur naissance.

Partager cet article

À découvrir également

Un projet centralise les données de 11 pays européens pour mieux lutter contre le COVID-19

Un centre européen de référence pour les métiers de la bioéconomie

Aide aux personnes dépendantes : un projet européen précieux dans le contexte du coronavirus