La Commission européenne accuse Apple d’abus de position dominante avec Apple Pay

Le système de paiement Apple Pay est au centre de l'enquête de la Commission européenne
Le système de paiement Apple Pay est au centre de l'enquête de la Commission européenne Tous droits réservés Mark Lennihan/Associated Press
Par Efi KoutsokostaEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’institution reproche à l’entreprise américaine d’empêcher ses concurrents "d'accéder aux matériel et logiciel nécessaires".

PUBLICITÉ

Apple est de nouveau dans le viseur de la Commission européenne. L'institution accuse la marque à la pomme d'abus de position dominante sur son système de paiement sans contact Apple Pay.

L'enquête est ouverte depuis 2020 et selon les indications préliminaires, l'entreprise américaine est soupçonnée "d'empêcher les développeurs d'applications de portefeuilles mobiles d'accéder aux matériel et logiciel nécessaires".

"En excluant les autres du jeu, Apple a injustement protégé son portefeuille mobile Apple Pay de la concurrence. Si cela est prouvé, ce comportement équivaudrait à un abus de position dominante ce qui est illégal selon nos règles", explique Margrethe Vestager, vice-présidente de la Commission européenne.

Cette affaire pourrait se conclure par une amende pouvant atteindre jusqu'à 10% du chiffre d'affaires annuel. Apple pourrait aussi être contrainte d'ouvrir sa technologie aux concurrents.

Dans un communiqué l’entreprise répond qu’Apple Pay "n’est qu’une des nombreuses options offertes aux consommateurs européens pour effectuer des paiements. Nous continuerons à collaborer avec la Commission pour garantir que les consommateurs européens aient accès à l’option de paiement de leur choix dans un environnement sûr et sécurisé".

Cette annonce de la Commission intervient après des avancées institutionnelles sur deux règlements européens consacrés aux marchés et aux services numériques. Ces textes veulent encadrer les activités des géants du web.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Américaine Fiona Scott Morton renonce à briguer un poste clé de l'UE après une polémique

L’UE veut fixer des limites aux activités des géants du numérique

La gauche radicale européenne fixe ses objectifs pour les élections de juin