PUBLICITÉ

L'UE s'efforce de limiter les débordements du conflit israélo-iranien

Des personnes participent à une manifestation de solidarité avec Israël à Berlin, le dimanche 14 avril 2024, à la suite des attaques iraniennes contre Israël pendant la nuit.
Des personnes participent à une manifestation de solidarité avec Israël à Berlin, le dimanche 14 avril 2024, à la suite des attaques iraniennes contre Israël pendant la nuit. Tous droits réservés Markus Schreiber/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Markus Schreiber/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Mared Gwyn JonesMaria Psara
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Alors qu'Israël évalue les options pour répondre à l'attaque aérienne iranienne de samedi, ses alliés européens plaident pour la retenue afin d'éviter que le conflit ne s'étende à l'ensemble de la région.

PUBLICITÉ

L'attaque, qui a vu Téhéran lancer quelque 300 drones, missiles balistiques et missiles de croisière contre Israël, a suscité une condamnation de la part des dirigeants européens, qui se sont fermement rangés du côté d'Israël.

Alors que le cabinet de guerre du Premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, envisage une riposte directe, l'Europe s'efforce de contenir une éventuelle riposte israélienne et d'empêcher une nouvelle escalade.

Une déclaration commune publiée au nom des États membres de l'Union européenne par le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, réitère "l'engagement de l'Union européenne en faveur de la sécurité d'Israël", mais appelle "toutes les parties à faire preuve de la plus grande retenue".

L'attaque de l'Iran était une réponse à la frappe aérienne d'Israël sur son consulat à Damas le 1er avril, qui a tué sept personnes.

Les 27 ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne tiendront une réunion extraordinaire en visioconférence mardi pour discuter de leur réponse collective à cette escalade, considérée comme un point d'inflexion dans le conflit qui secoue le Moyen-Orient.

L’Union pourrait imposer des sanctions supplémentaires contre Téhéran afin de faire pression sur le régime iranien pour qu'il s'abstienne de toute nouvelle escalade.

Mais les 27 se retrouvent sur un fil entre le renforcement du soutien à Israël et l’appel au gouvernement israélien à agir dans les limites du droit international.

Des différences nuancées dans la position de l'Europe sur la question apparaissent au grand jour.

S'exprimant à Paris lundi matin, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a accusé l'Iran de "mener la région au bord du gouffre" et a affirmé qu'Israël avait agi "de manière défensive" pour repousser l'attaque, qui a été presque entièrement interceptée par les défenses israéliennes et alliées.

La cheffe de la diplomatie allemande, dont le gouvernement est l'un des plus fidèles alliés d'Israël, a directement mis l'Iran devant ses responsabilités.

"Cette escalade a montré que la région est aux côtés d'Israël lorsqu'il s'agit de contenir le comportement de l'Iran", a-t-elle ajouté.

Son homologue britannique, David Cameron, dont les forces ont participé à l'interception de l'attaque iranienne aux côtés des États-Unis et de la France, a toutefois semblé reconnaître le droit de l'Iran à réagir à l'attaque contre son consulat lors d'une interview accordée à Sky News plus tôt dans la journée de vendredi.

"Les pays ont le droit de répondre lorsqu'ils estiment avoir subi une agression, bien sûr", a répondu David Cameron, mais il a condamné l'ampleur de la riposte iranienne, affirmant qu'il aurait pu y avoir des "milliers" de victimes.

Les appels à la retenue font écho à la ligne adoptée par la Maison Blanche. Selon des responsables américains, le président Joe Biden a souligné à Israël que l'interception des missiles pouvait être considérée comme une victoire et qu'une réponse directe n'était peut-être pas nécessaire.

Les analystes s'accordent à dire que la sécurité de la région dépend de la réponse de l’Etat hébreu.

"La trajectoire de la situation dépend maintenant de la question de savoir si Israël ressent le besoin de riposter, y compris par des attaques directes potentielles contre l'Iran", estime Julien Barnes-Dacey du European Centre for Foreign Relations.

"Bien qu'il y ait un sentiment de confiance en Israël, ce serait une erreur d'imaginer que l'Iran ne déclenchera pas une réponse bien plus importante à des frappes sur son propre territoire, qu'il considérera comme existentielles".

S'adressant à Euronews, Sven Biscop de l'Institut Egmont a suggéré que les pays de l'UE devraient également utiliser les outils diplomatiques et économiques à leur disposition pour faire pression sur Israël afin qu'il ne cherche pas à riposter.

PUBLICITÉ

"L'UE a potentiellement beaucoup d'influence sur Israël, beaucoup d'influence économique", a souligné le chercheur, "mais bien sûr, tant que certains Etats membres continuent à soutenir Israël plus ou moins inconditionnellement, l'UE est impuissante à utiliser cet instrument de pression économique".

Les appels lancés à l'UE pour qu'elle suspende ses relations commerciales avec Israël afin de l'inciter à la modération dans sa guerre à Gaza n'ont jusqu'à présent pas réussi à recueillir le soutien unanime des États membres.

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE discutent de la réponse à apporter

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne devraient discuter mardi de la réponse à apporter à l’attaque, et notamment des sanctions éventuelles à prendre à l'encontre du régime iranien.

De nombreuses sanctions sont déjà en place en réponse à la prolifération par Téhéran d'armes de destruction massive et à ses violations persistantes des droits de l'Homme.

Interrogé lundi sur la possibilité que l'Union européenne décide d'imposer de nouvelles sanctions en réponse à l'attaque contre Israël, le porte-parole de la politique étrangère de l'UE a précisé que "toute autre sanction (...) est un processus qui est entre les mains des États membres".

PUBLICITÉ

"Nous n'annonçons pas à l'avance, nous ne devançons pas ce processus parce qu'il est confidentiel", a ajouté le porte-parole.

Il a également fermement rejeté les allégations de "deux poids, deux mesures" dans la position de l'UE sur le conflit, soulignant qu'elle avait également condamné l'attaque d'Israël contre le consulat iranien de Damas au début du mois d'avril.

"Nous avons publié une déclaration à ce sujet, condamnant clairement cette attaque, la condamnant parce que nous l'avons considérée comme un autre risque potentiel d'escalade et comme une violation des prémisses diplomatiques", a affirmé le porte-parole.

"Il n'y a donc absolument pas deux poids, deux mesures. Nous condamnons les choses au fur et à mesure qu'elles se produisent si elles sont en violation du droit international".

L'Iran a convoqué les ambassadeurs britannique, français et allemand pour dénoncer ce qu'il qualifie de "deux poids, deux mesures" de la part de ces gouvernements dans leur condamnation de l'attaque de samedi, alors qu'ils ont rejeté une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies présentée par la Russie et condamnant l'attaque israélienne contre les locaux diplomatiques de l'Iran à Damas.

PUBLICITÉ

L'Allemagne et la République tchèque ont toutes deux convoqué leurs ambassadeurs iraniens à la suite de l'attaque de Téhéran.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les dirigeants de l'UE se mobilisent contre l'attaque de l'Iran contre Israël

Le fabricant d'Oreo Mondelez va devoir payer une amende de 337,5 millions d'euros

Ilaria Salis va sortir de prison