PUBLICITÉ

Les dirigeants de l'UE se mobilisent contre l'attaque de l'Iran contre Israël

Un homme passe devant une peinture murale représentant le président américain Joe Biden en super-héros défendant Israël dans une rue de Tel Aviv, Israël, dimanche 14 avril 2024.
Un homme passe devant une peinture murale représentant le président américain Joe Biden en super-héros défendant Israël dans une rue de Tel Aviv, Israël, dimanche 14 avril 2024. Tous droits réservés Tsafrir Abayov/Copyright 2023 The AP All rights reserved
Tous droits réservés Tsafrir Abayov/Copyright 2023 The AP All rights reserved
Par Joshua AskewSandor Zsiros
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Les capitales européennes appellent à la retenue et tentent de désamorcer le conflit, après les frappes de Téhéran sur Israël dans la nuit.

PUBLICITÉ

Les dirigeants de l'Union européenne ont condamné les attaques menées cette nuit par l'Iran contre Israël.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré sur X : "Je condamne fermement l'attaque flagrante et injustifiable de l'Iran contre Israël. J'appelle l'Iran et ses mandataires à cesser immédiatement ces attaques".

"Tous les acteurs doivent maintenant s'abstenir de toute nouvelle escalade et œuvrer au rétablissement de la stabilité dans la région", a-t-elle ajouté.

Téhéran a lancé quelque 300 drones, missiles balistiques et missiles de croisière contre Israël entre samedi et dimanche, mais les défenses aériennes israéliennes ont intercepté la grande majorité d'entre eux.

L'attaque a été menée en représailles à une frappe israélienne présumée sur un bâtiment consulaire iranien en Syrie au début du mois, qui a tué 12 personnes.

Parmi les victimes figuraient deux généraux iraniens de haut rang.

La présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a qualifié l'attaque iranienne d'"escalade majeure".

Elle a déclaré que l'UE condamnait les frappes de missiles et de drones et qu'elle "continuerait à œuvrer pour désamorcer la situation et empêcher qu'elle ne dégénère en une nouvelle effusion de sang".

Les capitales européennes se sont fait l'écho d'une condamnation similaire.

"Je déplore avec la plus grande fermeté l'attaque injustifiée de l'Iran contre Israël", a déclaré la Première ministre estonienne, Kaja Kallas.

"La priorité absolue devrait être de mettre fin à toute nouvelle escalade dans la région", a-t-elle poursuivi.

Le président Emmanuel Macron, a fustigé l'attaque de Téhéran, affirmant qu'elle menaçait de "déstabiliser la région".

"J'exprime ma solidarité avec le peuple israélien et l'engagement de la France en faveur de la sécurité d'Israël, de nos partenaires et de la stabilité régionale", a-t-il écrit sur X.

Les forces militaires françaises, ainsi que celles de Grande-Bretagne et d'Amérique, ont aidé Israël à repousser l'attaque de l'Iran la nuit dernière, selon les forces de défense israéliennes.

Ces trois pays occidentaux sont également d'importants fournisseurs d'armes à Israël dans sa guerre contre le Hamas à Gaza.

Les dirigeants du G7 doivent se réunir dimanche par appel vidéo pour discuter de leur réaction à l'attaque, qui constitue la première attaque directe de l'Iran contre son grand rival régional.

Dans une déclaration envoyée à Euronews, Julien Barnes-Dacey, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord au Conseil européen des relations étrangères, a déclaré : "L'Iran s'est senti obligé de répondre à l'attaque d'Israël contre son consulat en Syrie par une escalade et les attaques iraniennes directes contre Israël sont une étape sans précédent dans une guerre régionale de plus en plus profonde et de plus en plus directe".

"Mais les frappes ont été très bien télégraphiées à l'avance et l'Iran a clairement indiqué, alors même que les attaques se déroulaient, qu'il voulait éviter de déclencher un conflit plus large. Il s'agissait de montrer une réponse ferme tout en la contenant suffisamment pour éviter de provoquer une guerre directe, ce qui est toujours l'objectif principal de l'Iran".

PUBLICITÉ

"La nature des attaques pourrait renforcer la perception israélienne que Téhéran est en retrait, qu'il manque de volonté et de capacité pour un engagement plus profond, et que le moment est venu pour Israël d'infliger à l'Iran et à ses mandataires régionaux le coup le plus dur qu'ils recherchent depuis longtemps", a-t-il ajouté.

Même les États membres de l'UE qui vont généralement à l'encontre de la ligne de Bruxelles ont rejoint le chœur des critiques à l'encontre de Téhéran.

Viktor Orban, le dirigeant hongrois ultra-conservateur, a déclaré qu'il "prierait pour la sécurité du peuple israélien".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Israël affirme avoir intercepté 99 % des drones et missiles lancés par l'Iran

Violences en Cisjordanie et frappes de l'armée israélienne à Gaza

"La prochaine Commission sera de centre-droit", assure Nicola Procaccini