EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Espagne : les expatriés britanniques peu motivés par leur élection

Un moulin à vent traditionnel. Rojales en Espagne
Un moulin à vent traditionnel. Rojales en Espagne Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Jaime VelazquezJean-Philippe Liabot
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

À Rojales, une ville à quelques encablures d'Alicante, sur la Costa blanca,su Sud de l'Espagne, une communauté britannique s'est installée en masse, mais depuis le brexit, leur vie est plus compliquée.

PUBLICITÉ

Ici à Rojales, la journée commence tranquillement, sur les terrasses ou sur les golfs pour ces retraités et expatriés britanniques. Le Royaume Uni leur semble lointain, tout comme le scrutin qui va décider le 4 juillet prochain de l'avenir de leur pays.

Un parcours golf à Rojales en Espagne
Un parcours golf à Rojales en Espagneeuronews

"Nous avons travaillé toute notre vie, alors nous voulons nous amuser." dit un des habitants britannique de la ville.

Dans les cafés, les gens lisent des journaux anglais, et semblent peu motivés par l'issue des élections.

L'Espagne est le pays d'Europe où la population britannique est la plus importante. Ici, à Rojales, ils sont même plus nombreux que la population locale. Ils disent se sentir chez eux, mais le Brexit a compliqué leur vie.

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne a contraint de nombreux Britanniques à retourner dans leur pays tous les trois mois. Beaucoup de ceux qui n'ont pas obtenu de résidence permanente en Espagne ont donc revendu leur maison.

"C'est une catastrophe. Ils n'avaient pas la moindre idée de ce pour quoi ils votaient." déclare un retraité.

Les élections du 4 juillet pourraient changer le paysage politique du Royaume-Uni, dont l'économie reste contrainte par les conséquences du Brexit.

"Il est curieux que le Brexit ne soit pas abordé dans la campagne électorale. C'est comme un éléphant dans la pièce. En cas de victoire du parti travailliste, qui se montre également très prudent sur cette question, on assistera probablement à un rapprochement avec Bruxelles et la communauté européenne." note, Millán Requena, professeur de droit international, Université d'Alicante.

Des retraités britanniques vivant à Rojales en Espagne
Des retraités britanniques vivant à Rojales en EspagneEuronews

Et pourtant, malgré l'enjeu du scrutin certains ne voteront pas.

"Je ne fais pas de politique. Vous savez... " dit l'un d'entre eux.

"Ça ne vaut pas la peine de s'embêter. Ça n'en vaut pas la peine." ajoute un autre.

Mais pour ceux qui voulaient voter, les choses n'ont pas été faciles non plus. Le court préavis de cette élection les a empêchés de s'inscrire ou de demander procuration.

"J'ai essayé de voter. Et une fois de plus, comme je suis en Espagne, cela a été très, très compliqué et je dois voter par procuration. Je dois donc demander à quelqu'un au Royaume-Uni de voter pour moi. Mais le temps est maintenant écoulé pour que je mette cela en place." précise une expatriée.

Alors que le Royaume-Uni s'apprête à se rendre aux urnes pour une élection cruciale, certains citoyens britanniques n'ont pas l'impression que les résultats auront un réel impact sur leur vie déjà paisible.

"Je voudrais surtout que le gouvernement se penche sur la liberté de circulation, mais cela est lié à l'immigration. Et, vous savez, je pense que les gens se trompent de cible et qu'ils sont tellement préoccupés par l'immigration qu'ils ne voient pas que c'est la raison pour laquelle nous avons eu le Brexit en premier lieu. C'est la raison pour laquelle nous avons eu le Brexit en premier lieu." explique une habitante de Rojales.

Quel que soit le résultat le 4 juillet, demain sera une autre journée paisible et ensoleillée dans le Sud de l'Espagne !

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Royaume-Uni : Rishi Sunak promet des baisses d'impôts

Malaga élue meilleure ville d'Europe en 2023 pour les expatriés

L'inquiétude des expatriés britanniques au Portugal