EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La sécurité européenne est impossible sans l'engagement de la Russie (ministre hongrois à euronews)

János Bóka, ministre hongrois des affaires européennes
János Bóka, ministre hongrois des affaires européennes Tous droits réservés Euronews 2024
Tous droits réservés Euronews 2024
Par Mared Gwyn JonesSergio Cantone
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Dans un entretien accordé à euronews, János Bóka déclare que l'Europe doit maintenir "une certaine forme de relation" avec Moscou si elle veut se protéger.

PUBLICITÉ

L'Union européenne doit s'engager avec la Russie si elle veut construire une "architecture de sécurité durable", a déclaré le ministre hongrois des Affaires européennes, János Bóka, dans une interview accordée à Euronews.

"Si nous voulons construire une architecture de sécurité durable pour les décennies à venir, la relation entre l'Europe et la Russie doit être conçue d'une manière ou d'une autre", a déclaré M. Bóka.

"Nous, comme tous les Etats membres de l'Union européenne, pensons que nous devons soutenir pleinement la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine", a-t-il ajouté. Je pense que cela ne fait aucun doute, mais je crois également qu'une architecture de sécurité durable n'est pas possible sans engager la Russie par la voie diplomatique."

Vendredi dernier, le Premier ministre Viktor Orbán a suscité l'hostilité des dirigeants européensen rendant une visite surprise au président russe Vladimir Poutine à Moscou, dans le cadre de ce que le leader hongrois qualifie de "mission de paix 3.0".

La rencontre avec M. Poutine faisait suite à un voyage en Ukraine pour des entretiens similaires avec le président Volodymyr Zelensky, à propos de la paix en Ukraine.

La date du voyage à Moscou, quelques jours après que Budapest a pris la présidence tournante du Conseil de l'UE, et l'utilisation de la marque de la présidence de l'UE dans les communications relatives à la soi-disant mission de paix ont alimenté l'ire de Bruxelles.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a déclaré dans une réponse cinglante que "la présidence tournante de l'UE n'a pas de mandat pour s'engager avec la Russie au nom de l'UE".

Cette déclaration est intervenue quelques jours avant que le plus grand hôpital pour enfants de Kyiv ne soit frappé par une attaque qui, selon une analyse de l'ONU, a été causée par un missile russe direct. Au moins deux personnes ont été tuées à l'hôpital et une cinquantaine ont été blessées, dont sept enfants.

Interrogé sur la pertinence de l'ouverture de la Hongrie à Vladimir Poutine, compte tenu des atrocités commises par le Kremlin en Ukraine, M. Bóka a répondu : "Les bombardements, c'est très grave : "Les bombardements, c'est horrible, c'est terrible".

"Je pense que la perte de vies humaines et les dommages causés par cette guerre (...) soulignent l'importance de la mission de paix du premier ministre hongrois", a-t-il expliqué.

Orbán "à la recherche d'une volonté de cessez-le-feu"

Dans une lettre adressée au président du Conseil européen et aux dirigeants de l'UE, dont l'agence de presse allemandeDPA a eu connaissance, Viktor Orbán a justifié son voyage à Moscou par ses répercussions économiques sur le bloc des 27 pays.

M. Orbán aurait affirmé dans la lettre que M. Poutine s'attendait à un effondrement rapide du côté ukrainien dans les mois à venir.

Le ministre János Bóka a également précisé que le voyage du Premier ministre hongrois avait pour but de "découvrir s'il y a une volonté" de part et d'autre pour un cessez-le-feu et d'évaluer comment les institutions de l'UE peuvent être "utiles" dans la recherche d'une issue au conflit.

"Un certain nombre d'États membres pensent que nos objectifs stratégiques peuvent être atteints par des moyens militaires sur le champ de bataille. L'intention du Premier ministre était de fournir des informations supplémentaires et des clarifications qui pourraient alimenter ces discussions", a déclaré M. Bóka, ajoutant que M. Orbán avait informé confidentiellement M. Michel et les chefs d'État et de gouvernement de l'UE des résultats de son voyage.

Le président ukrainien Zelensky a toujours affirmé que l'Ukraine n'envisagerait pas de discussions avec Moscou tant que les forces russes n'auraient pas quitté l'ensemble du territoire ukrainien, y compris la Crimée.

PUBLICITÉ

Le ministre a également expliqué que la Hongrie considérait la Chine comme un acteur clé dans les futurs pourparlers de paix, malgré le rôle joué par Pékin pour permettre à Moscou de contourner les sanctions occidentales en fournissant des composants interdits au secteur militaire russe.

L'UE a déjà sanctionné des entreprises chinoises pour avoiraidé le Kremlin à se procurer des produits interdits et mortels.

Orbán s'exprimera plus tard devant le Parlement européen

M. Orbán est prêt à s'adresser au Parlement européen nouvellement élu afin d'exposer ses priorités pour la présidence de l'UE, que le gouvernement hongrois a placée sous le slogan "Make Europe Great Again", a également déclaré le ministre.

Il est de coutume que le dirigeant du pays qui prend la présidence s'exprime lors de la première session plénière de sa rotation, mais Viktor Orbán n'a pas été invité à la séance inaugurale prévue à Strasbourg la semaine prochaine.

PUBLICITÉ

Deux sources familières avec la question ont déclaré à euronews que le discours d'Orbán devant l'hémicycle avait été intentionnellement bloqué par le Parlement, en raison du malaise provoqué par son voyage en Russie et des efforts continus pour faire dérailler l'aide de l'UE à Kiev.

Mais M. Bóka a balayé toute suggestion selon laquelle M. Orbán avait été exclu pour des raisons politiques, affirmant que le fait qu'une seule session plénière ait lieu en juillet permettait de retarder le discours du premier ministre.

"Je ne vois aucune complexité politique dans cette affaire", a-t-il expliqué. "Je pense qu'il est tout à fait compréhensible que pour la première session du Parlement européen, lorsqu'ils élisent leurs propres fonctionnaires et lorsqu'ils élisent ou non le président désigné de la Commission, il est parfaitement clair qu'ils n'ont pas de temps à consacrer à cette question".

"Je pense qu'il ne s'agit que d'une question de calendrier. Je ne crois certainement pas que le Parlement européen ne soit pas intéressé par une coopération sincère entre les institutions pendant la présidence hongroise."

PUBLICITÉ

L'interview complète sera diffusée prochainement dans l'émission Global Conversation d'Euronews.

Video editor • Amandine Hess

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Premier ministre hongrois multiplie les provocations envers l'UE

Berlin se prépare à une éventuelle victoire de Donald Trump

Seize enfants de Gaza évacués vers l'UE pour des raisons médicales