EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Imprimer en 3D de grandes pièces industrielles, c'est possible !

En partenariat avec The European Commission
Imprimer en 3D de grandes pièces industrielles, c'est possible !
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Julian GOMEZ
Publié le
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les chercheurs du projet européen Kraken ont relevé le défi de mettre au point un système de fabrication mêlant robotique et impression 3D qui permet de produire des pièces industrielles de grande dimension.

Imprimer une voiture en 3D, ce n'est pas encore possible, mais les chercheurs européens travaillant sur le projet Kraken ont déjà reproduit l'apparence d'un modèle existant sous la forme d'une maquette à l'échelle 1:2 grâce à une technologie hybride entre l'imprimante 3D et le robot.

Comment fonctionne-t-elle et quelles sont ses applications commerciales ? La réponse du coordinateur du projet, José Antonio Dieste qui est ingénieur mécanique au Centre de technologie Aitiip.

"On a pu réaliser cette maquette en utilisant notre technologie qui combine une imprimante 3D grâce à laquelle on ajoute de la matière et un système qui permet de retirer de la matière pour obtenir la forme finale," indique l'ingénieur mécanique.

"Cette maquette peut être utilisée pour montrer le style de la voiture, son design, c'est un produit de promotion et en même temps, elle démontre les possibilités de notre système," souligne-t-il.

Fabriquer de grands objets

"Nous voulions une plateforme capable de fabriquer de très grands éléments," poursuit José Antonio Dieste. "Aujourd'hui, il existe plusieurs systèmes d'impression 3D, mais ils permettent de ne produire que des petites pièces ; le défi pour nous, c'était donc de réussir à fabriquer de grands objets," explique-t-il.

Le défi de la finition

"Nous avons donc développé un système qui ajoute beaucoup de matière pendant longtemps et très rapidement - comparé aux autres systèmes, nous pouvons atteindre une vitesse 2000 fois supérieure -," fait-il remarquer.

"Mais, dans ce cas, le problème, c'est la finition de la pièce que nous fabriquons qui n'est pas toujours optimale," reconnaît-il. 

"C'est pour cela que nous avions besoin d'un deuxième traitement qui taille la matière pour obtenir la forme finale de la pièce que nous voulons réaliser," dit-il.

© euronews
Exemple de pièce fabriquée par le système Kraken© euronews
Partager cet article

À découvrir également

Les précieux atouts du compost utilisé pour cultiver les champignons