Le Cube: Paris s'équipe de caméras de vidéosurveillance avec Intelligence Artificielle pour les J.O.

Installation de caméras de surveillance à Paris
Installation de caméras de surveillance à Paris Tous droits réservés LUDOVIC MARIN/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Cube: Paris s'équipe de caméras de vidéosurveillance avec Intelligence Artificielle pour les J.O. de 2024. Les ONG dénoncent des atteintes à la vie privée.

PUBLICITÉ

Le gouvernement français est actuellement sous le feu des critiques, après avoir annoncé qu’il utiliserait de la vidéosurveillance assistée par intelligence artificielle pour les Jeux olympiques de Paris 2024.

La semaine dernière, le Sénat français a voté massivement en faveur de ce projet de loi. Même la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, a remercié sur Twitter les sénateurs d'avoir adopté rapidement ce texte, en déclarant "qu'il favorisera la meilleure organisation possible des Jeux de Paris 2024".

La législation prévoit d'utiliser l'intelligence artificielle pour la toute première fois en France - pour détecter et suivre le langage corporel suspect ou les mouvements de foule via des caméras de vidéosurveillance et des drones, puis alerter la police.

Les systèmes d'Intelligence Artificielle seront utilisés pour surveiller les foules, mais pourraient également être utilisés autour des stades, dans les rues et dans les transports publics.

Avec la mise en application de la loi, ces caméras intelligentes pourront être utilisées à titre expérimental jusqu'en juin 2025... Une utilisation qui va donc au-delà des Jeux Olympiques qui s'achèvent en août 2024.

La proposition intervient alors que la France cherche à éviter de répéter le chaos de la finale de la Ligue des Champions de l'an dernier au Stade de France, où des des supporters, y compris des enfants, ont été aspergés de gaz lacrymogène, et agressés et attaqués autour du stade.

Mais de nombreuses ONG de défense des Droits de l’Homme ont critiqué ce projet de loi. "Nous craignons que cela ne soit utilisé pour cibler des groupes particuliers et que cela ne porte atteinte au droit à la vie privée et au rassemblement pacifique. Et à ce jour, l'efficacité d'une telle technologie dans la lutte contre le crime et le terrorisme n'a pas été prouvée" a déclaré Katia Roux, Chargée de plaidoyer Libertés chez Amnesty International.

Le gouvernement français a souligné que le projet de loi n'incluait pas la technologie de reconnaissance faciale, et que cet outil aiderait grandement la police à assurer la sécurité des foules, car la capitale doit accueillir 13 millions de personnes pour les Jeux olympiques.

Mais pour Amnesty International, cette législation est un tournant important dans le droit à la vie privée. "On peut craindre que la reconnaissance faciale ne soit la prochaine étape... On a vu ça en Russie, qui a utilisé la reconnaissance faciale pour la Coupe du monde, et quelques années plus tard, la technologie a été utilisée pour arrêter des manifestants", détaille Katia Roux.

La France va t’elle donc entrer dans une nouvelle ère de Big Brother ? Le projet de loi n'a toujours pas été adopté, mais sera examiné par l'Assemblée nationale dans quelques semaines.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : vidéosurveillance augmentée, un projet de loi controversé

Julian Assange bientôt libre ?

Passeport numérique des produits de l'UE : quelle définition et quel impact ?