The Cube : ChatGPT va devoir rendre des comptes aux Européens

En Italie, ChatGPT risque une forte amende
En Italie, ChatGPT risque une forte amende Tous droits réservés Michael Dwyer/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Michael Dwyer/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Sophia Khatsenkova (adapté de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

The Cube : les menaces que fait planer ChatGPT sur la protection des données a fait réagir de nombreux régulateurs européens. Open AI risque une forte amende en Italie.

PUBLICITÉ

L'Italie est devenue le premier pays occidental à bloquer ChatPGT, un chatbot alimenté par l'intelligence artificielle.

L'organisme de surveillance de la protection des données du pays a déclaré qu'il ouvrait une enquête à l'encontre d'openAI, la société mère du chatbot en raison de préoccupations relatives à la confidentialité des données après que ChatGPT a subi une violation de données impliquant des conversations d'utilisateurs et des informations de paiement.

ChatGPT peut répondre à n'importe quelle question, passer des examens et même coder un site web entier.

La semaine dernière, des personnalités du monde de la technologie, dont Elon Musk, le patron de Twitter, ont appelé à la suspension de ces types de systèmes d'IA, craignant que la course à leur développement ne devienne incontrôlable.

Qu'est-ce que cela signifie pour l'UE ? Le Bureau européen des unions de consommateurs demande à toutes les autorités d'enquêter sur ces chatbots.

Ursula Pachl, directrice adjointe du BEUC :  "Les consommateurs ou les gens ne sont pas prêts pour cette technologie. Ils ne réalisent pas à quel point elle peut être manipulatrice et trompeuse. Ils ne se rendent pas compte que les informations qu'ils reçoivent peuvent être erronées. Je pense que cet incident avec ChatGPT est très important. C'est en quelque sorte un signal d'alarme pour l'Union européenne, car même si nous travaillons sur une loi sur l'IA, les institutions européennes y travaillent, elle ne sera pas applicable, je dirais, avant quatre ans. Et nous avons vu à quelle vitesse cette évolution s'est faite avec ChatGPT".

La Commission européenne débat actuellement de la première législation au monde sur l'intelligence artificielle, appelée AI Act,

Mais il semble que l'exécutif européen ne soit pas enclin à interdire les systèmes d'intelligence artificielle, selon la vice-présidente exécutive de la Commission européenne, Margrethe Vestager.

Sur Twitter, elle a déclaré : "Quelle que soit la technologie que nous utilisons, nous devons continuer à faire progresser nos libertés et à protéger nos droits. C'est pourquoi nous ne réglementons pas les technologies de l'AI, nous réglementons les utilisations de l'AI."

Selon la BBC, la Commission irlandaise de protection des données et le régulateur britannique des données ont également déclaré qu'ils commenceraient à regarder de plus près ces chatbots d'IA, en particulier lorsqu'il s'agit de la protection des données

L'autorité de surveillance italienne a déclaré que l'entreprise à l'origine de ChatGPT avait 20 jours pour résoudre les problèmes de protection des données ou payer une amende de 20 millions d'euros ou jusqu'à 4 % de son chiffre d'affaires annuel.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Julian Assange bientôt libre ?

Passeport numérique des produits de l'UE : quelle définition et quel impact ?

Pourquoi, Grok, le chatbot d'IA d'Elon Musk, ne peut être qualifié d'IA open source ?