EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'IA est trop coûteuse pour prendre aux humains leurs emplois actuels, selon une étude du MIT

L'IA est trop coûteuse pour remplacer les humains dans les emplois actuels, selon une étude du MIT/
L'IA est trop coûteuse pour remplacer les humains dans les emplois actuels, selon une étude du MIT/ Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Pascale Davies
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les chercheurs du MIT ont cherché à déterminer si l'intelligence artificielle était plus rentable que les humains pour 1 000 tâches nécessitant une vision par ordinateur dans 800 professions. Leur verdict : ces technologies sont encore trop coûteuses.

PUBLICITÉ

L'ère de l'intelligence artificielle (IA) suscite l'enthousiasme et fait resurgir la crainte ancienne de voir la technologie prendre nos emplois.

Selon une étude du Massachusetts Institute of Technology (MIT), l'IA est encore beaucoup trop coûteuse pour remplacer les humains dans la plupart des emplois.

Les chercheurs se sont penchés sur les aspects pratiques du remplacement du travail humain par ces technologies dans des professions aux États-Unis où la vision artificielle serait utilisée, comme les enseignants, les boulangers et les personnes en charge de l'estimation de biens immobiliers.

L'étude révèle que seuls 23% des tâches des travailleurs pourraient être remplacés de manière rentable par l'IA. Ses auteurs prédisent également qu'il faudrait encore des décennies pour que l'utilisation de la vision par ordinateur devienne financièrement rentable pour les entreprises, même avec une baisse des coûts de 20% par an.

La vision par ordinateur dans l'IA permet aux machines d'extraire des informations à partir d'éléments visuels et numériques. Dans une boulangerie hypothétique qui a valeur d'exemple dans l'étude, cette fonctionnalité a servi à inspecter les ingrédients à des fins de contrôle qualité. Mais cette tâche ne représente que 6% du travail des boulangers et l'installation et le fonctionnement de la technologie coûteraient plus cher que son exécution par un humain.

Ces travaux, financés par le MIT-IBM Watson AI Lab, se sont appuyés sur des enquêtes en ligne pour recueillir des informations sur environ 1 000 tâches assistées visuellement dans 800 professions. Ils établissent que, dans de nombreux cas, il est plus coûteux de mettre en place et d'entretenir des systèmes d'IA que de confier les mêmes missions à un humain.

"La crainte que les machines nous volent nos emplois est fréquemment exprimée à une époque d'évolution technologique rapide ; cette inquiétude est réapparue avec la création de grands modèles de langage," indiquent les chercheurs dans ce document de 45 pages intitulé "Beyond AI Exposure" (Au-delà de l'exposition à l'IA).

"Nous constatons que, pour seuls 23% des rémunérations des travailleurs "exposés" à la vision artificielle de l'IA, ces systèmes technologiques seraient rentables pour les entreprises en raison de leurs coûts initiaux élevés," affirment-ils.

Depuis que ChatGPT d'OpenAI a fait irruption sur le devant de la scène en novembre 2022, les craintes se sont multipliées quant à la possibilité que l'intelligence artificielle n'entraîne des pertes d'emplois dans des secteurs allant de l'art à la banque. Un rapport de Goldman Sachs datant de 2023 estimait que 18% des emplois dans le monde pourraient être touchés par l'IA générative.

Mais la semaine dernière à Davos, Sam Altman, PDG d'OpenAI, a déclaré que l'intelligence artificielle générale (AGI selon l'acronyme anglais), une forme hypothétique d'IA dotée d'une intelligence capable d'effectuer des tâches comme les humains, "changera le monde et les emplois beaucoup moins que nous ne le pensons tous".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le travail à distance doit-il être moins rémunéré ?

Qu'est-ce qui se cache derrière la dernière vague de licenciements de travailleurs du secteur technologique ?

Le plus grand expert en intelligence artificielle du Vatican qui conseille l'ONU et la Silicon Valley