EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Premier vol réussi de la fusée Ariane 6, l'Europe va retrouver son indépendance spatiale

Ariane 6
Ariane 6 Tous droits réservés Direitos de autor ESA - D. Ducros
Tous droits réservés Direitos de autor ESA - D. Ducros
Par euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La fusée Ariane 6 a décollé sans encombre ce mardi à 21 heures depuis Kourou en Guyane française.

PUBLICITÉ

Avec une heure de retard, la nouvelle fusée Ariane 6 a décollé mardi soir avec succès depuis Kourou, en Guyane.

C'est un retour en force pour l'Agence spatiale européenne (ESA) et pour l'industrie aérospatiale européenne face à la concurrence acharnée de SpaceX notamment.

Ce décollage va permettre aux Européens de retrouver leur indépendance pour accéder à l'espace, un accès dont le Vieux Continent était privé depuis un an après le dernier décollage d'Ariane 5 en juillet 2023.

Comme lors de la répétition générale de juin dernier, le compte à rebours s'est écoulé sans encombres, mais cette fois le décompte ne s'est pas arrêté à 18 secondes. Les vibrations, perceptibles depuis plusieurs minutes, ont fait fuir l'ensemble de la faune aux alentours. Le moteur Vulcain 2.1 s'est allumé, la terre s'est mise à trembler. Et puis, sept secondes plus tard, les deux boosters latéraux ont été mis à feu. Le bras mécanique qui reliait la fusée au pas de tir s'est alors détaché au même instant et le lanceur a décollé.

Initialement prévu pour 2020, le lancement d'Ariane 6 a été repoussé en raison de la pandémie de COVID-19 et des répercussions de la guerre entre la Russie et l'Ukraine, qui ont affecté les alliances spatiales européennes.

Le résultat de plus de 10 années de travail.

Comparée à son prédécesseur Ariane 5, Ariane 6 présente de nombreuses améliorations, notamment la capacité de voyager plus loin et plus rapidement. De plus, elle dispose d'un étage supérieur conçu pour se désintégrer de manière plus durable, évitant ainsi de devenir des débris spatiaux.

"Envoyer une fusée, on savait déjà le faire, on avait Ariane 5, résume Carine Leveau du CNES. Ce qui fait la spécificité d'Ariane 6, ce qui justifie cette nouvelle fusée, c'est le moteur réallumable qui permet de lâcher des satellites à différentes altitudes. C'est un des critères les plus importants qui permettra de parler, ou non, de succès pour ce premier vol."

En cas de réussite complète, ce lancement ouvrira de nouvelles perspectives pour le secteur spatial européen, mais aussi pour le Centre spatial guyanais, qui vise toujours un objectif de 30 lancements par an d'ici 2030.

Deux autres vols sont d'ores et déjà prévus cette année, six la suivante et huit en 2026.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Lancement réussi pour Ariane 6 : l'Europe prête à mettre fin à la "crise des lanceurs spatiaux"

L'Europe spatiale apporte un "soutien financier" à Ariane 6

L'ISS approche de la fin. Quel scénario la NASA envisage-t-elle pour la ramener sur Terre ?