Vidéo

euronews_icons_loading
Les tours de "la honte" s'écroulent sous la force des explosifs

Corruption : en Inde, destruction des deux tours de "la honte" à l'extérieur de New Delhi

 L'Inde a démoli deux tours d'habitation à l'extérieur de New Delhi dimanche, dans un spectacle dramatique retransmis en direct sur les chaînes de télévision après des jours d'excitation médiatique.

La destruction des "tours jumelles" de 100 mètres de haut à Noida, où se trouve une forêt de béton de structures similaires, est un exemple rare de la fermeté de l'Inde à l'égard des promoteurs et des fonctionnaires corrompus.

Les 32 étages d'"Apex" et les 29 de "Ceyane", contenant à eux deux près de 1 000 appartements qui n'ont jamais été habités au cours de neuf années de litiges juridiques, se sont effondrés en quelques secondes, créant un immense nuage de poussière et de débris.

Les implosions contrôlées à l'aide de 3 700 kilogrammes (8 160 livres) d'explosifs ont constitué la plus grande démolition jamais réalisée en Inde, ont rapporté les médias locaux.

Des milliers de personnes, ainsi que des chiens errants, ont dû être évacués avant l'explosion, y compris des tours voisines, dont l'une se trouvait à seulement neuf mètres.

Aucun rapport immédiat ne fait état de blessés ou de dégâts aux bâtiments voisins, mais un responsable local a déclaré aux journalistes que l'opération s'était déroulée "en grande partie comme prévu".

 Le différend juridique concernant les tours est allé jusqu'à la Cour suprême de l'Inde, qui a statué l'année dernière que les bâtiments violaient les règles de sécurité et que les promoteurs s'étaient entendus avec des autorités corrompues.

La principale économie à la croissance la plus rapide au monde a connu un boom de la construction au cours des deux dernières décennies, qui a également donné lieu à un réseau de corruption impliquant des politiciens, des bureaucrates et de puissants constructeurs.

Les promoteurs contournent souvent de nombreuses réglementations en matière de construction, d'urbanisme et d'environnement, généralement en toute impunité.

Les banlieues de grandes villes comme Mumbai, Delhi, Hyderabad et Bangalore sont devenues des pièges pour les acheteurs de la classe moyenne qui investissent dans des projets qui ne sont jamais achevés ou qui sont entraînés dans des sagas juridiques similaires.

À Delhi, dans les banlieues de Noida et Greater Noida - où les tours ont été démolies dimanche - on estime que plus de 100 tours résidentielles ont été abandonnées par les constructeurs, ce qui donne à ces zones l'aspect de villes fantômes. 

Les démolitions de bâtiments résidentiels sont rares en Inde, les constructeurs s'en tirant souvent avec des pénalités ou abandonnant leurs projets en cours de route s'ils ne respectent pas la loi.

Quatre tours de luxe dans l'État méridional du Kerala ont été démolies pour avoir enfreint les règles environnementales en 2020.