De l'art pour les yeux et les papilles dans la préfecture de Kagawa au Japon

Par Marta Brambilla
De l'art pour les yeux et les papilles dans la préfecture de Kagawa au Japon
Tous droits réservés  euronews

Le récit de notre reporter Marta Brambilla à l'occasion de la deuxième étape de son voyage au Japon. Elle se rend cette fois, dans la préfecture de Kagawa, sur l'île de Naoshima et à Takamatsu. Au programme : de l'art pour les yeux et les papilles.

Pour me rendre à Naoshima, dans la préfecture de Kagawa, j'embarque depuis Takamatsu, à bord d'un ferry pour un trajet de 40 minutes sur les eaux calmes et limpides de la mer intérieure de Seto. À mesure que le bateau approche de l'île, je commence à distinguer quelques-unes de ses œuvres d'art les plus célèbres et c'est déjà un ravissement pour les yeux.

C'est une petite île que l'on parcourt principalement à vélo, un moyen de transport qui permet de se retrouver devant toutes les sculptures, musées, ateliers et galeries d'art qui sont disséminés un peu partout sur place.

S'émerveiller devant des joyaux artistiques

Le Benesse House Museum, dans la partie sud de Naoshima, est une immense structure étonnante, remplie de chefs-d'œuvre placés dans un jardin bien entretenu et doté d'un espace d'exposition intérieur à couper le souffle. L'édifice a été conçu par l'architecte japonais de renommée internationale, Tadao Ando et cela seul, comme l'explique le président du Benesse Art Site, Ryoji Kasahara, suscite l'émerveillement. La structure semble être la prolongation de la terre comme si elle faisait elle-même partie de l'île. Détacher mon regard d'une installation artistique pour le plonger dans la mer de Naoshima est saisissant. C'est un lieu clairement innovant, même s'il a déjà 30 ans.

Autre joyau de Naoshima : le musée d'art Chichu, dans le même secteur de l'île. Chichu en japonais signifie littéralement "souterrain" et c'est précisément la particularité de cette institution puisqu'elle est entièrement souterraine. Elle abrite les collections de trois artistes seulement : Claude Monet, Walter De Maria et James Turrel.

Marta Brambilla
Panorama sur la mer intérieure de SetoMarta Brambilla

Fabriquer des udon de ses propres mains

La préfecture de Kagawa est surnommée la "préfecture des udon", en japonais "Udon-Ken", car ce type particulier de nouilles est originaire de cette région. On en mange d'ailleurs, beaucoup plus sur place que dans le reste du pays. Les udon devaient intégrer mon programme. À Takamatsu, on peut à la fois, les goûter et les préparer soi-même.

Pour ce faire, je me rends à la Udon House. Sensei Motoko initie les visiteurs à leur processus de fabrication. Celui-ci prend environ six heures et comprend la préparation de la pâte, puis le foulement de la pâte aux pieds munis de chaussettes japonaises, l'étalement de la pâte au rouleau à pâtisserie (après qu'elle a levé pendant environ deux heures) et la découpe avec une machine spéciale qui donne aux udon, leur forme parfaite.

Marta Brambilla
À la Udon House, on foule aux pieds, la pâte pour les udonMarta Brambilla

Ce que j'ai trouvé incroyable, c'est que la fondatrice de cet établissement s'est inspirée d'un atelier de pâtes qu'elle avait découvert en Toscane ! De retour à Tokyo, elle a décidé de faire quelque chose de similaire, mais avec des udon. L'établissement a été aménagé en chambre d'hôtes où, après avoir fait l'expérience de la préparation d'udon, on peut dormir et vivre d'autres expériences, comme la récolte de légumes dans la ferme adjacente pour préparer le tempura qui accompagne les udon.

J'ai terminé ma journée par une promenade sur la plage de Chichibugahama qui est devenue célèbre pour être un lieu où l'on peut prendre des photos spectaculaires.

Journaliste • Marta Brambilla