DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Malte hausse le ton face à de nouvelles vagues de migrations

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Malte hausse le ton face à de nouvelles vagues de migrations
Taille du texte Aa Aa

Depuis quelques jours, les vagues de migrants se succèdent au large de Malte. Dans la nuit de lundi à mardi, un bateau transportant 102 migrants, dont deux bébés, a été intercepté par l’armée maltaise. Mercredi, c’est 124 migrants répartis sur deux embarcations pneumatiques ont été secourus alors qu’ils se trouvaient en détresse à une cinquantaine de kilomètres du sud de Malte. Cinq migrants ont du être transportés par hélicoptère à l’hôpital : une femme souffrait d’une fracture et quatre hommes de déshydratation sévère.

Le plus souvent, ces migrants proviennent d’Afrique subsaharienne ou de la Corne de l’Afrique et sont réfugiés en Libye.

Face à ces vagues de migrations, Malte a demandé une aide de la part de l’Union européenne. Mercredi, le Premier ministre Joseph Muscat menaçait sur l’antenne d’Al-Jazeera d’ « envisager toutes les options », y compris le renvoi des migrants, même s’il précisait par la suite qu’il respecterait ses obligations internationales.

Suite à cette déclaration, la Commissaire européenne en charge des Affaires intérieures, Cecilia Malmström, a aussitôt publié un mémo le mettant en garde : « conformément à l’UE et aux obligations internationales, toutes les personnes qui arrivent sur le territoire de l’UE ont le droit de déposer une demande d’asile et d’avoir une bonne évaluation de leur situation ».

Et rappelle aussi que « toute opération de retour doit respecter pleinement ces obligations et en particulier le principe de non-refoulement inscrit dans le droit de l’UE et dans les conventions internationales ».

Elle a par ailleurs souligné que la Commission européenne est prête à augmenter son « soutien à Malte si elle doit faire face de plus en plus à la pression migratoire ».

Devant le Parlement, le premier ministre travailliste a promis de “respecter la décision de la Cour européenne”.

Quelques instants avant la notification de la réaction européenne, il déclarait qu’il renverrait une partie des clandestins, épargnant les enfants et leurs parents, ainsi que les personnes physiquement vulnérables, soit un total de 45 immigrés.

Cette annonce à choqué la Commissaire, interpellée par plusieurs organisations humanitaires maltaises. La veille le pape François, en visite dans l’île italienne de Lampedusa, avait fustigé « l’indifférence du monde » face au drame des migrants.