30 ans après, la tragédie de Bhopal hante toujours la ville indienne

30 ans après, la tragédie de Bhopal hante toujours la ville indienne
Par Laurence Alexandrowicz avec AFP Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Bébés qui naissent avec des malformations, habitants malades, 30 ans après la fuite toxique d'une usine de Bhopal, en Inde, la pollution continue

PUBLICITÉ

30 ans après, les effets dévastateurs et meurtriers de cet accident industriel sont encore présents. Les enfants naissent avec des malformations, des handicaps, les survivants sont malades. Beaucoup disent que les morts ont eu plus de chances qu’eux, au moins, ils ne souffrent plus. “Je me sens lourde, j’ai comme des toiles d’araignées dans les yeux, dit une vieille femme, je ne sens pas la lumière dans mes yeux, et j’ai du mal à marcher.”

La pollution des sols est l’une des raisons de de cette tragédie sans fin. Les habitants ont peur de boire l’eau, mais n’ont pas d’autre choix.

“Le gouvernement et les organisations non gouvernementales ont montré que jusqu‘à trois et même trois kilomètres et demi de l’usine et à une profondeur supérieure à 20 mètres, explique l’activiste, Satinath Sarangi, il y a des produits chimiques qui causent tous ces problèmes, provoquent le cancer, des anomalies congénitales… et rien encore n’a été fait.”

Dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984 à Bhopal, la capitale du Madhya Pradesh dans le centre de l’Inde, l’usine de pesticides d’Union Carbide connaît une fuite massive de gaz toxique. Elle a tué 3500 personnes en quelques jours et quelque 25.000 sur le long terme.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le roi Charles III est atteint d'un cancer, annonce Buckingham

Un jeune autrichien de 10 ans sauvé par un implant crânien imprimé en 3D

Colère des agriculteurs européens : la plupart des grands barrages routiers ont été levés en France