Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La colère continue de monter après la mort d'un Afro-américain à New York

La colère continue de monter après la mort d'un Afro-américain à New York
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Deuxième nuit consécutive de manifestations aux Etats-Unis… et des défilés qui sont restés relativement pacifiques, malgré quelques échauffourées et plusieurs dizaines d’arrestations.

Patrick Lynch, président d’un syndicat de policiers new yorkais, a défendu son collègue accusé d’avoir tué un homme afro-américain en le plaquant au sol et lui faisant une clé d‘étranglement :

“L’officier de police a été envoyé sur place pour faire un travail difficile. Alors qu’il mettait cette personne au sol, celle-ci a dit qu’elle ne pouvait pas respirer. Mais les officiers de police ont fait ce qu’ils sont censés faire en pareille situation car la règle c’est “si tu peux parler, tu peux respirer”. Malheureusement cette personne est décédé mais comme le Grand jury et les médecins l’ont dit, ce n’est pas la clé d‘étranglement qui a tué cette personne”.

Malgré l’interdiction de cette technique violente d’immobilisation, aucune charge n’a été retenue contre le policier accusé d‘être responsable de la mort de la victime, qui vendait des cigarettes de contrebande dans la rue.

Le maire de la ville, Bill de Blasio, a tenté d’apaiser les tensions mais après une affaire similaire à Ferguson, Missouri, la colère monte.

D’autres manifestations ont eu lieu à Washington, Chicago et jusqu’en Californie.