PUBLICITÉ

Après la mort du pilote, les Jordaniens critiquent l'intervention en Syrie

Après la mort du pilote, les Jordaniens critiquent l'intervention en Syrie
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz avec AFP, EBU
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

La tension monte dans le royaume hachémite : la mort du pilote ravive les critiques contre l'intervention en Syrie.

PUBLICITÉ

Le roi de Jordanie était en visite chez son allié américain lorsqu’il a appris l’odieuse nouvelle. Le jeune pilote de 26 ans, assassiné il y a un mois par Etat islamique, était membre d’une grande tribu qui est l’un des soutiens principaux de la monarchie. Mais face aux critiques de plus en plus fortes, le roi Abdallah a appelé à l’unité : “Le devoir de toutes les femmes et hommes de notre pays est de faire face aux difficultés et aux problèmes qui vont nous rendre plus forts, plus unis.”

L’unité réclamée, requise, car l’intervention de la Jordanie en Syrie après ce drame, est encore plus contestée. Devant le siège de la puissante tribu Karak, à laquelle appartient le pilote, des centaines de personnes se sont rassemblées, entre tristesse et colère.

“Tout ça n’a pas de sens, dit Abdallah Dahamsha un des manifestants, nous n’avons aucun intérêt dans cette histoire, qu’est ce qu’on fait en Syrie ? C’est ça, ils veulent jeter nos enfants en Syrie, c’est pas nos affaires !”

Selon le roi, il faut que les musulmans modérés luttent contre un groupe dont l’idéologie et la brutalité insultent l’islam.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Trois Américains tués et 34 blessés lors d'une attaque de drone en Jordanie

Tribune. Un axe Arabes-Israël contre l'Iran est désormais une réalité

Autriche : trois touristes sont morts dans une avalanche