EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Nombreux hommages à Paris, un mois après l'attaque contre Charlie Hebdo

Nombreux hommages à Paris, un mois après l'attaque contre Charlie Hebdo
Tous droits réservés 
Par Julien Pavy avec AGENCES
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Un mois après l'attaque contre le journal satirique, de nombreux badauds se recueillaient ce samedi devant l'immeuble où s'est déroulé le drame.

PUBLICITÉ

C‘était il y a tout juste un mois. Le 7 janvier, deux hommes cagoulés et armés faisaient irruption au siège du journal Charlie Hebdo, tuant douze personnes, dont huit journalistes et deux policiers.

Ils étaient nombreux ce samedi à Paris à rendre hommage aux victimes en déposant des fleurs ou en allumant des bougies devant l’immeuble où s’est déroulé le drame. ‘‘C’est un jour pour se recueillir, penser à ces gens qui sont morts pour une bêtise, parce qu’un dessin n’a jamais fait de mal à personne’‘, souligne Vivianne.

Parmi les badauds, des élèves italiens en voyage de classe à Paris. Leur professeur a tenu absolument à les emmener sur ce lieu devenu symbolique. “Nous sommes là pour rendre hommage aux victimes, mais aussi à la France qui a répondu de manière honorable aux attaques, souligne-t-il. J’enseigne la philosophie et j’estimais qu’il était important que mes élèves réfléchissent à ces questions.’‘

Non loin de là, des centaines de messages, écrits après les attentats, jonchent toujours la place de la République. Des hommages aux dessinateurs disparus et à la liberté de la presse. “Les Français semblent avoir été très affectés par ce qui s’est passé ici il y a un mois, explique ce touriste espagnol. La France est un pays ouvert, tolérant, qui regroupe tellement de cultures, de religions. Ce qui s’est passé a dû avoir un impact énorme sur les gens.’‘

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un homme de nationalité russe et ukrainienne arrêté à Roissy, soupçonné de préparer un attentat

Lyon : la Fête des lumières sous haute sécurité

Attentat près de la Tour Eiffel : l'assaillant "assume" son acte