EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Minsk II : A Kiev, on n'y croit pas

Minsk II : A Kiev, on n'y croit pas
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Scepticisme et pessimisme semblent dominer les réactions à Kiev après l’accord trouvé la nuit dernière entre les présidents russe et ukrainien. Cet

PUBLICITÉ

Scepticisme et pessimisme semblent dominer les réactions à Kiev après l’accord trouvé la nuit dernière entre les présidents russe et ukrainien.

Cet analyste politique ne mâche pas ses mots :

“je pense que même ceux qui ont signé cet accord n’y croient pas eux-mêmes, estime Yevhen Mahda. Cela a été confirmé par les déclarations de Poutine juste après la signature. Mais pour le cessez-le-feu et l‘échange d’otages, il a le mérite d’exister. Sur la question des sanctions, si de nouvelles sont adoptées contre la Russie, cela pourrait provoquer une agitation sociale, et Poutine y sera sensible”.

Le précédent accord, jamais suivi d’effet, a marqué les esprits :
“Je pense qu’il n’y aura pas de cessez-le-feu, déclare une femme, parce qu’après celui de la dernière fois, trop de gens sont morts. Je pense que les séparatistes veulent juste faire une pause”.

“J’ai des doutes, lance un homme, personne n’y croit ! Même si Poutine signe l’accord et retire ses troupes qui va payer nos dommages ? Quelqu’un doit payer “!

A Kiev, Maria Koreyuk :
“Ces nouveaux accords de Minsk sont quasi-identiques à ceux signés en septembre. Pourtant, les anciens arrangements n’existaient que sur le papier. Il y a un espoir que cette fois, grâce à la participation directe du président russe, cet accord soit appliqué. Alors que valent les promesses de Poutine ? On le saura dans les prochains jours quand les deux camps devront observer le cessez-le-feu et échanger leurs prisonniers”.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un G20 décevant pour les dirigeants ukrainiens

Ukraine : un missile russe frappe un immeuble à Dnipro

Le nucléaire au secours du réchauffement climatique ?