Yémen : le président accuse les "extrémistes" de semer le chaos

Yémen : le président accuse les "extrémistes" de semer le chaos
Par Olivier Peguy avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Comment empêcher le Yémen de s’enfoncer un peu plus dans le chaos ? Question pour le moment sans réponse. Les attentats-suicides de ce vendredi

PUBLICITÉ

Comment empêcher le Yémen de s’enfoncer un peu plus dans le chaos ? Question pour le moment sans réponse. Les attentats-suicides de ce vendredi illustrent bien le climat d’insécurité qui règne dans ce pays.

Le territoire est sous le contrôle de différents groupes armés qui s’opposent : d’un côté, les militants d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) et de l’autre la milice chiite Houthi.

Le président du Yémen Abed Rabbo Mansour Hadi s’est exprimé ce samedi pour la première fois depuis son départ précipité de la capitale fin janvier. Il a appelé les miliciens chiites à libérer les institutions qu’ils occupent à Sanaa. Et, tout en dénonçant l’extrémisme chiite, il s’en est pris aussi aux groupes armés sunnites, accusés d‘être les auteurs des attentats de ce vendredi.

Ces attaques terroristes qui ont fait plus de 140 morts ont été revendiquées par le groupe Etat islamique, l’organisation djihadiste jusque-là peu présente sur le devant de la scène yéménite.

Dans ce contexte de très forte instabilité, les Etats-Unis ont évacué leurs troupes stationnées dans une base aérienne dans le sud du pays. Ces soldats étaient déployés là notamment pour encadrer les attaques de drones contre Al-Qaïda.

Plusieurs pays, dont la France, ont évacué leurs ressortissants le mois dernier, et fermé leur ambassade (voir ici).

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Autriche : trois touristes sont morts dans une avalanche

Un homme suspecté d'être membre actif du groupe Etat islamique arrêté en Italie

Turquie : un incendie dans une boîte de nuit à Istanbul à fait au moins 29 morts