Népal : impossible de ne pas avoir peur après deux séismes

Népal : impossible de ne pas avoir peur après deux séismes
Par Sandrine Delorme avec AFP, REUTERS, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Trop effrayés pour retourner chez eux, les habitants de Katmandou campent dans les rues. La vie s’organise malgré tout. Les secours distribuent

PUBLICITÉ

Trop effrayés pour retourner chez eux, les habitants de Katmandou campent dans les rues.
La vie s’organise malgré tout.
Les secours distribuent lentement de l’aide, vivres et tentes, aux survivants, mais ce n’est pas assez, comme l’explique Sajana Basnet, installée dans un campement temporaire sur la place Durbar :

Ils ont fait quelques arrangements mais ce n’est pas suffisant. Ils nous ont donné de la nourriture, on l’a prise, mais elle est déjà cuite et mangée. Nous avons besoin de plus d’aide.”

Les autorités affirment qu’au moins une centaine de personnes ont été tuées et 2 500 blessées dans le dernier tremblement de terre d’une magnitude de 7,3 sur l‘échelle de Richter mardi.

"Une centaine de personnes avec moi qui remontent des tentes de fortune. Choc et peur car beaucoup de secousses" #NepalEarthquake

— SECOURS ISLAMIQUE FR (@SIF_ONG) 12 Mai 2015

La population commençait à peine à se remettre du séisme du 25 avril qui a tué 8 000 personnes au Népal.

Les opérations de secours se poursuivent, mais la tâche est compliquée dans les villages reculés du pays.

Parallèlement, l’armée népalaise continue de tenter de localiser un hélicoptère des Marines qui participait aux opérations humanitaires et qui a disparu près de Charikot, dans l’est du pays, avec six Marines et deux militaires népalais à son bord.

#Nepal les équipes #MSF intensifient leurs actions & portent assistance aux victimes des 2 séismes. #NepalEarthquakepic.twitter.com/q5CwMZhhPx

— MSF France (@MSF_france) 13 Mai 2015

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Népal : Marco Confortola, "notre descente n'a pas été simple, car les routes et les ponts étaient détruits".

La chimie des secours

La désolation dans un Rimal en ruines, dans le nord de Gaza