Vol MH370 : le débris d'avion attendu ce samedi en métropole

Vol MH370 : le débris d'avion attendu ce samedi en métropole
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le mystère de la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines va-t-il être levé? Réponse à partir de mercredi à Toulouse où le débris d'avion retrouvé à la Réunion va être expertisé.

PUBLICITÉ

Direction Paris avant Toulouse pour le débris d’avion retrouvé mercredi sur une plage de la Réunion.

Il est déjà établi qu’il s’agit bien d’une pièce d’un Boeing 777, reste à déterminer s’il ce volet métallique, un “flaperon”, situé sur l’une des ailes de l’avion, appartient bien au vol MH370.

Des experts en aéronautique, français et malaisiens, vont procéder à son examen à partir de mercredi.

Le Boeing de la Malaysia Airlines reliant Kuala Lumpur à Pékin a disparu depuis le 8 mars 2014 avec 239 personnes à son bord.

“Sur cette pièce, on va, avec quasi certitude, dire : il n’y a pas eu d’explosion ou il n’y a pas eu de feu. Si l’appareil, par exemple, est tombé en piqué, les traces de compression sur ce flaperon seront très faibles, alors que s’il est tombé à plat, il y aura des traces extrêmement importantes. Donc on va éliminer certains scénarios grâce à ces indices, plutôt que d’en construire un”, estime Bertrand Vilmer, expert en aéronautique.

Cette pièce pourrait être la toute première trace du MH370.

Car malgré la coopération internationale mise en place depuis un an et demi, l‘épave de l’avion reste introuvable.

Les recherches dirigées par l’Australie se sont concentrées jusqu’ici principalement dans le sud de l’Océan indien.

D’autres objets tels qu’une valise ou des bouteilles de détergent vont également faire l’objet d’une étude approfondie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un an après, les différentes théories sur la disparition du vol MH370

Espagne : une collision ferroviaire fait 13 blessés

Grâce à des électrodes, un malade de Parkinson remarche presque normalement