Tensions entre Caracas et Bogota, après la fermeture partielle de la frontière

Tensions entre Caracas et Bogota, après la fermeture partielle de la frontière
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Quelques 100 kilomètres de frontière fermée entre le Venezuela et la Colombie… La mesure appliquée samedi attise les tensions entre les deux Etats

PUBLICITÉ

Quelques 100 kilomètres de frontière fermée entre le Venezuela et la Colombie…

La mesure appliquée samedi attise les tensions entre les deux Etats voisins.
Le président vénézuélien Maduro a pris cette décision et décrété l’Etat d’urgence dans 6 Etats, au lendemain de la mort de 3 militaires et d’un civil dans une embuscade dans le nord-ouest du pays.

Autre mesure de rétorsion : l’expulsion de plus de 600 Colombiens sans-papiers, dont certains franchissaient ce mardi avec leurs biens la rivière-frontière Tachira.

Les deux voisins latino-américains partagent une frontière de plus de 2000 kilomètres.
Une frontière poreuse, où se déroule une importante contrebande de produits vénézuéliens subventionnés, comme l’essence ou la nourriture.

Caracas et Bogota s’accusent mutuellement d’alimenter ce trafic aux frontières.

“La frontière est pourrie, déplore le président vénézuélien Nicolas Maduro. Nous sommes victimes du capitalisme, du modèle capitalistique de l’aile droite des paramilitaires colombiens.”

Le président colombien Juan Manuel Santos a appelé à trouver une solution diplomatique.
Environ cinq millions de Colombiens sont installés au Venezuela.

“Ce n’est pas le moment de sonner le tocsin, que certains voudraient entendre, déclare le président colombien. Il est temps de travailler avec fermeté, sensibilité et efficacité, pour résoudre la situation et par dessus tout, pour défendre les vies et la dignité de nos compatriotes.”

Bogota plaide en somme pour plus de coopération aux frontières entre les deux voisins, en vue du juguler la contrebande.

Une activité qui aggrave la pénurie au Vénézuéla, déjà lourdement affecté par la chute des cours du pétrole, la première ressource du pays.
Aujourd’hui, deux tiers des produits de première nécessité ne sont pas disponibles.

Une réunions entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays est prévue ce mercredi soir en Colombie.

Ce climat de tensions pourrait être défavorable au Parti socialiste unifié du Venezuela, au pouvoir.
Des élections législatives sont prévues le 6 décembre.

Avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Venezuela : reprise du contrôle d'une prison sous la coupe d'un gang

Des Colombiens engagés sous les drapeaux ukrainiens

Venezuela : Nicolas Maduro mobilise son armée après l'arrivée d'un navire de guerre britannique