La France demande à l'Arabie Saoudite de "renoncer à l'exécution" d'Ali al-Nimr

La France demande à l'Arabie Saoudite de "renoncer à l'exécution" d'Ali al-Nimr
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
PUBLICITÉ

Le président français François Hollande a demandé à l’Arabie saoudite, mercredi à Bruxelles, “de renoncer à l’exécution” du jeune chiite Ali al-Nimr.

“Je demande à l’Arabie Saoudite de renoncer à l’exécution du jeune Ali al-Nimr au nom de ce principe essentiel que la peine de mort doit être abolie et que les exécutions doivent être empêchées”, a déclaré M. Hollande lors d’une conférence de presse à l’issue d’un Conseil européen sur les réfugiés.

“La France est opposée à la peine de mort. J’ai toujours rappelé que cette position ne variait pas, ne connaissait aucune exception et que pour nous tout doit être fait pour faire cesser ces exécutions partout, et notamment en Arabie saoudite”, a insisté le chef de l’Etat alors que la France cultive des liens étroits avec le royaume.

Le père de ce jeune Saoudien de 21 ans condamné à mort et en attente d‘être exécuté a appelé mercredi le roi Salmane à épargner la vie de son fils, arrêté à 17 ans en février 2012 pour avoir manifesté contre les autorités.

Des appels émanant d’organisations des droits de l’Homme et de nombreux pays se sont multipliés pour empêcher cette exécution par décapitation.

AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au sommet des pays arabes sur Gaza, l'Iran veut désigner Tsahal comme "organisation terroriste"

Osez l'inconnu : le message de la Journée mondiale du tourisme à Riyad

Des centaines de migrants éthiopiens tués par des gardes-frontières saoudiens, selon HRW