Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Pétrole : le Brent passe sous les 40$

Pétrole : le Brent passe sous les 40$
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le pétrole était toujours orienté à la baisse mardi à Londres et New-York. Ce mardi, pour la première fois depuis février 2009, le Brent est passé brièvement sous la barre des 40 dollars. Quant au WTI, il s’est aventuré sous le seuil des 37 dollars.

A moins d'obtenir une réduction significative de la production et des capacités, la tendance va probablement rester baissière.

Pour Jeremy Batstone-Carr, Directeur de recherche chez Charles Stanley, la décision de l’OPEP de ne pas réduire sa production n’est pas en cause. “ L’OPEP ne contrôle plus les prix du pétrole, elle n’assure même pas la moitié de la production mondiale et en dépit d’efforts frénétiques pour trouver un accord sur une réduction de ses quotas avant la réunion de Vienne, cela n’a rien donné. Et à l’heure actuelle, il me semble qu‘à moins d’obtenir une réduction significative de la production et des capacités, la tendance va probablement rester baissière,” estime-t-il.

Depuis juin 2014, le baril de Brent a perdu plus de 64 % de sa valeur. Le coût du brut ne représente qu’un tiers environ du prix à la pompe. Il faut y ajouter les coûts de raffinage et de transport. Mais ce sont les taxes qui font la différence. Aussi, Jeremy Batstone-Carr invite les consommateurs à ne pas trop rêver. “ Si la faiblesse des cours du brut est répercutée à la pompe, elle va doper le pouvoir d’achat à un moment crucial de l’année pour les consommateurs et bien sûr, pour les commerçants. Mais les baisses de prix ne sont pas toujours répercutées,” commente-t-il.

En 2016, les Etats-Unis anticipent un net recul de leur production de pétrole de schiste, devenue trop coûteuse. Mais alors que l’Iran s’apprête à faire son grand retour, les acteurs pétroliers préfèrent inonder le marché plutôt que risquer de céder du terrain à la concurrence.