EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Législatives : des élections à suspense en Espagne

Législatives : des élections à suspense en Espagne
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C’est un scrutin qui s’annonce serré en Espagne ce dimanche. Celui des législatives, qui pourrait amorcer un tournant historique dans le pays, et

PUBLICITÉ

C’est un scrutin qui s’annonce serré en Espagne ce dimanche. Celui des législatives, qui pourrait amorcer un tournant historique dans le pays, et mettre un terme au bipartisme en vigueur depuis quarante ans. A quatorze heures, plus de 36 % des électeurs s‘étaient rendus aux urnes.

#EnVivo Mayores colas no significan mayor participación https://t.co/d4lMO0yXS1pic.twitter.com/oCxEkyDEP9

— El Mundo En Vivo (@ElMundoEnVivo) 20 Décembre 2015

D’après les derniers sondages, Mariano Rajoy serait crédité d’une courte avance pour l’emporter, mais pas assez pour disposer d’une véritable majorité. “Que tout le monde vote librement et en connaissance de cause”, a déclaré le Premier ministre conservateur. Le parti de centre droit Ciudadanos, emmené par Albert Rivera, a fait de la lutte anti-corruption son thème de campagne. Mais il pourrait devenir l’allié du PP pour former une coalition.

Et voici l'indigné libéral: Albert Rivera ( Espagne) https://t.co/JkwBfwfzn9 via LePoint</a> <a href="https://t.co/JkwBfwfzn9">https://t.co/JkwBfwfzn9</a></p>&mdash; Etienne Gernelle (gernelle) 20 Décembre 2015

“La soirée électorale sera longue”, affirme Albert Rivera. “Le scrutin sera serré et on devra compter chaque voix, siège par siège, parce que nous sommes dans une situation dans laquelle non pas deux, mais quatre partis sont en lice pour remporter ces élections et former un nouveau Parlement”. Le parti socialiste pourrait arriver en deuxième position, une place cruciale qui pourrait l’amener au pouvoir grâce à un jeu d’alliances. “Nous vivons un jour historique”, lance le candidat du PSOE Pedro Sanchez. “Les Espagnols savent que l’avenir n’est pas écrit d’avance, et nous allons l‘écrire aujourd’hui par notre vote”. En tout juste deux ans, Podemos, représenté par Pablo Iglesias, a su se faire une place lors des précédentes échéances électorales. La nouvelle formation de gauche radicale a su cristalliser la colère des Espagnols contre la politique d’austérité.

.Pablo_Iglesias_</a> vota en Madrid, siga aqui toda la jornada <a href="https://t.co/VG0iN3dk5Z">https://t.co/VG0iN3dk5Z</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/ELPAIS20D?src=hash">#ELPAIS20D</a> <a href="https://twitter.com/Bernardo__Perez">Bernardo__Perezpic.twitter.com/GsvoM1E3CT

— Fotografía EL PAÍS (@FotografiaPais) 20 Décembre 2015

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espagne : un scrutin à enjeu pour les indépendantistes catalans

Elections : l'Espagne s'attend à un bouleversement politique

Si Mariano Rajoy encaisse les coups, il sait aussi en donner