Réfugiés : Angela Merkel défend sa politique d'ouverture

Réfugiés : Angela Merkel défend sa politique d'ouverture
Par Euronews avec AFP, Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les migrants continuaient à affluer en Serbie et en Grèce ce jeudi. L'Europe n'avait pas connu tel afflux de réfugiés depuis les guerres des Balkans des années 90, dans le sillage de l'éclatemen

PUBLICITÉ

Accueil chaleureux ce jeudi à Presevo en Serbie pour quelques milliers de migrants tout juste arrivés de l’ex-république yougoslave de Macédoine. Des volontaires de la Croix-Rouge attendaient les enfants hébétés avec des cadeaux.

Tous n’ont pas eu cette chance en 2015. L’Europe n’avait pas connu tel afflux de réfugiés depuis les guerres des Balkans dans les années 90. Certains pays ont érigé des murs. D’autres, comme l’Allemagne, ont décidé d’ouvrir leurs portes. Dans ses voeux du Nouvel An, la chancelière Merkel a répondu à ses détracteurs.

“ L’arrivée d’un si grand nombre de personnes va incontestablement demander des efforts de notre part. Cela prendra du temps et coûtera de l’argent,” a-t-elle reconnu. “ Nos valeurs, nos traditions notre compréhension de la loi, notre langue, nos règles et règlements : toutes ces choses définissent notre société et constituent des exigences fondamentales pour une coexistence positive, mutuelle et respectueuse de tous dans notre pays.”

Selon des chiffres publiés ce 31 décembre par le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés, plus d’un million de migrants, des Syriens pour moitié, sont arrivés par la mer en Europe en 2015. 80 % d’entre eux sont entrés par la Grèce.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : l’Allemagne embarrassée par la fuite d’une conversation secrète entre des officiers

Fusillade en Allemagne : quatre morts dont un enfant, un soldat allemand arrêté après des coups de feu

Allemagne : grève de deux jours dans les transports en commun