Turquie: un parti de l'opposition empêché de se réunir ; le président Erdogan en accusation

Turquie: un parti de l'opposition empêché de se réunir ; le président Erdogan en accusation
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La police a empêché dimanche des dissidents d’une formation de l’opposition de droite, le Parti de l’action nationaliste (MHP), de se réunir dans un

PUBLICITÉ

La police a empêché dimanche des dissidents d’une formation de l’opposition de droite, le Parti de l’action nationaliste (MHP), de se réunir dans un hôtel de la capitale, Ankara. Accompagnés de centaines de militants, ils voulaient organiser la destitution de leur dirigeant, Devlet Bahceli, à la tête du parti depuis 19 ans. Ils lui reprochent d‘être responsable de la défaite des élections générales de novembre, à l’issue desquelles leur mouvement a perdu la moitié de son électorat et des sièges (40 contre 80) au Parlement cinq mois seulement après le scrutin précédent.

Favorite pour la succession, Meral Akşener a accusé le président Erdogan d‘être à l’origine de cette tentative d’empêcher son parti de tenir un congrès. Il a utilisé “des moyens illégaux et antidémocratiques”, a-t-elle dénoncé, en
faisant allusion à une décision judiciaire prononçant l’interdiction, malgré une décision contraire de la Cour Suprême.
Elle et ses compagnons de dissidence considèrent que l’actuel leader, Devlet Bahceli, est en réalité au service du pouvoir en place. Un changement de direction pourrait selon eux faire regagner en particulier les voix des jeunes électeurs… aux dépens de l’AKP du président Erdogan.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le 1er-mai dégénère en Turquie

Géorgie : 20 000 personnes contre la "loi russe"

Géorgie : le Parlement adopte une première version de la "loi russe"