Législatives espagnoles : début de la campagne officielle

Législatives espagnoles : début de la campagne officielle
Tous droits réservés 
Par Pierre Le Duff avec EFE, Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En Espagne, la campagne électorale des législatives a officiellement commencé à minuit.

PUBLICITÉ

En Espagne, la campagne électorale des législatives a officiellement commencé à minuit. Des élections convoquées après l‘échec des négociations pour former une coalition de gouvernement entre les partis arrivés en tête lors du dernier scrutin de décembre.

La coalition emmenée par Podemos arriverait en seconde position derrière le Parti Populaire dans un sondage qui vient d‘être publié par le très sérieux Centre d’Investigations Sociologiques.

L’actuel Premier ministre promet des emplois aux Espagnols. Mais il aura besoin de partenaires pour former une coalition. Problème : ils ont déjà fait savoir qu’ils excluaient toute alliance avec le PP si Mariano Rajoy reste à sa tête.

No es bueno para España un gobierno a la griega. MarianoRajoy</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/Afavor?src=hash">#Afavor</a> <a href="https://t.co/Q5P4FBhWJg">https://t.co/Q5P4FBhWJg</a></p>&mdash; Partido Popular (PPopular) 9 juin 2016

Un gouvernement à la grecque, ce n’est pas bon pour l’Espagne

Le grand perdant de ce scrutin, ce pourrait bien être le Parti socialiste, qui s’effondre dans les sondages face à la montée en puissance de la nouvelle gauche de Podemos. Le PSOE n’est que troisième dans le dernier sondage publié. Il paye cher son virage à droite pendant la crise et ses divisions internes. Après le scrutin de décembre, Pedro Sanchez n‘était pas parvenu a réunir autour de lui Podemos et Ciudadanos, une autre nouvelle formation, celle-ci libérale et de centre droit.

Le nouvel équilibre des forces en présence permettra-t-il de former une coalition ? A quinze jours du scrutin, un électeur sur six est encore indécis. La même proportion prévoit de s’abstenir.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Elections générales en Espagne : le bipartisme est-il de retour ?

Espagne : Pedro Sanchez sauve sa réforme du travail grâce à l'erreur de vote d'un député

La droite triomphe aux régionales à Madrid, Pablo Iglesias, chef de Podemos, tire sa révérence