EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Elections générales en Espagne : le bipartisme est-il de retour ?

Pedro Sánchez et Alberto Núñez Feijóo
Pedro Sánchez et Alberto Núñez Feijóo Tous droits réservés Bernat Armangue/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Bernat Armangue/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Juan Carlos de Santos
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en espagnol

Le bipartisme est-il de retour en Espagne ? C’est la question que se pose les experts à l’approche des élections générales ce dimanche 23 juillet. Les formations traditionnelles socialistes et conservatrices ont le vent en poupe.

PUBLICITÉ

Lors des élections générales en Espagne, les experts prévoient une augmentation surprenante de plus de 60 % des voix pour les deux grands partis traditionnels. Chose impensable dans d'autres pays européens, où la fragmentation politique est plus prononcée. 

Pourquoi cette tendance ? Les experts évoquent plusieurs causes. L'une d'entre elles étant la crise des partis nés de l'indignation, comme Ciudadanos et Podemos. Aucune de ces formations ne figure sur les bulletins de vote.

"Les citoyens sont fatigués des projets nés avec de grands espoirs et qui se sont révélés être un bluff", explique Euprepio Padula, expert en leadership politique. 

"Quand il y a un désenchantement en politique, deux choses peuvent se produire : soit on se tourne vers les populistes qui vous vendent des recettes faciles pour votre problème difficile, soit on opte pour le vote utile pour le parti que l'on connaît déjà, et c'est ce qui se passe actuellement en Espagne", ajoute M. Padula.

Du bipartisme au bibloquisme

La société espagnole est passée par différentes étapes, du bipartisme au multipartisme et maintenant au "bibloquisme" (oppositiondu bloc de gauche et du bloc de droite)comme le décrivent les experts. Bien que les grands partis aient encore du soutien, ils semblent toujours dépendre d'alliances avec VOX ou Sumar pour obtenir une majorité.

"En ce moment, lasituation prend la forme d'un deux-deux, car nous constatons que le PP et le PSOE se disputent la première place et que Sumar et VOX se disputent séparément la troisième et la quatrième place", ajoute M. Ferrándiz.

La loi électorale profite au PSOE et au PP

Pour les deux partis, la pierre d'achoppement a toujours été la loi électorale espagnole, qui donne plus de poids aux votes des provinces, où les élections ont tendance à être plus traditionnelles. Les petits partis ont plus de mal à gagner des sièges car ils n'ont pas pu pénétrer dans les provinces où le vote traditionnel profite aux grands partis en raison de leur proportion territoriale.

La loi d'Hont a été conçue pour donner beaucoup de poids à ces petites et moyennes circonscriptions dont nous parlons toujours, où, en fonction de leur population, elles auraient une représentation plus minoritaire qu'elles ne le sont, et elles ont beaucoup de poids dans la prise de décision", explique José Pablo Ferrándiz, directeur de l'opinion publique et des études politiques à l'IPSOS, "La loi signifie que les votes des petites et moyennes circonscriptions dont nous avons toujours parlé, où, en fonction de leur population, elles auraient une représentation plus minoritaire qu'elles ne le sont, et elles ont beaucoup de poids dans la prise de décision.

La loi signifie que les votes des régions plus urbaines ont moins de poids. C'est précisément là que Podemos et Ciudadanos ont obtenu la majorité des voix lors d'autres élections. "Par exemple, Ciudadanos, pour avoir un siège dans des provinces comme la Catalogne, a dû obtenir beaucoup plus de voix que le Parti socialiste", explique Euprepio Padula.

"PP et PSOE ont cette capacité plus transversale que ni Podemos ni les citoyens dans les groupes sociaux, dans les groupes d'âge et dans les territoires où ils n'ont jamais atteint", dit Ferrándiz.

La pandémie ou la guerre en Ukraine n'ont pas influencé les grands partis autant que la crise de 2008.

Un autre élément qui a permis aux partis traditionnels de survivre, selon José Pablo Ferrándiz, est que les dernières crises n'ont pas eu le même impact en termes d'ouverture d'une crise politique qui révolutionnerait le paysage politique avec l'apparition de nouveaux partis. Les nouveaux projets étaient déjà en circulation. Au contraire, chacun a connu sa propre crise et chacune des formations pour des raisons différentes.

La différence avec la crise de 2008 est que cette fois-ci, il n'y a pas eu de plan de sauvetage avec les réductions correspondantes, mais une autre série de politiques expansives qui n'ont pas eu d'impact sur les formations qui gouvernent dans les régions ou dans le pays.

"Avec la pandémie, même avec la guerre en Ukraine, l'Europe a, bien sûr, également essayé d'apporter une solution moins radicale qui affecte moins les citoyens et la classe moyenne, comme cela s'est produit en 2008. Cela a donc également permis aux partis traditionnels de se consolider dans un scénario différent", souligne le directeur de l'opinion publique chez Ipsos.

Ciudadanos et Podemos en difficulté

Quant à Ciudadanos et Podemos, ils ont tous deux perdu des voix, mais de manière différente. Ciudadanos a perdu beaucoup d'électeurs, au point qu'il a décidé de ne pas se présenter aux dernières élections. Podemos, en revanche, a conservé un terrain électoral plus solide, même s'il a dû s**'allier à d'autres forces politiques** pour maintenir sa représentation.

Selon Ferrándiz, la stratégie de la formation orange n'était pas la bonne :"C'était une mauvaise décision stratégique quand elle a soudainement choisi de se positionner clairement dans l'un des deux blocs, dans le bloc de droite".

Pour sa part, M. Padula souligne la "suite monumentale d'erreurs stratégiques" et le manque d '"autocritique", qui ont conduit à la "disparition complète" du parti.

Cette disparition a renforcé le Parti populaire qui, selon la presse espagnole, aborde les prochaines élections avec un pourcentage plus élevé d'intentions de vote.

Dans le cas de Podemos, cependant, la chute n'a pas été aussi importante. Le parti a été durement touché par les élections régionales de mai 2023, au cours desquelles il a perdu sa représentation à Madrid. En l'espace d'une semaine, il a dû rejoindre la formation de gauche Sumar afin de pouvoir participer aux élections et d'éviter une fragmentation électorale qui aurait pu l'affecter encore plus, selon les experts.

PUBLICITÉ

"Cela aurait exclu la possibilité de rééditer un gouvernement de gauche", souligne M. Ferrándiz. Bien qu'il souligne que le terrain électoral de Podemos a toujours été très ferme. "Un terrain que nous pourrions peut-être établir autour de 9-10 % des voix, ce qui n'est pas arrivé à Ciudadanos, que nous avons rapidement considéré comme bon, parce que lorsqu'ils ont cessé de lui faire confiance ? ils ont cessé de lui faire confiance très rapidement et presque tous en même temps".

Podemos n'a pas fait aussi bien que le PSOE dans la coalition

Selon les experts, le parti violet a été affecté par la manière dont il a géré certains dossiers pendant la législature, comme la loi Solo Sí es Sí, ou plutôt la loi sur l'égalité, à laquelle une ministre de Podemos, Irene Montero, a participé. Cette loi consacre le consentement comme la clé de la liberté sexuelle. Cependant, la manière dont elle a été adoptée n'a pas été du goût du Parlement et elle a dû être modifiée au fil des mois parce qu'elle avait un effet indésirable, selon ses promoteurs, comme la réduction des peines pour les violeurs.

La loi qui devait aider la gauche s'est retournée contre elle, selon les experts. "L'équilibre que les gens font. Et je ne parle pas seulement des gens de droite, je parle aussi des gens, des socialistes, des gens de gauche. Il n'est pas particulièrement positif", déclare M. Padula.

"Il s'agit d'ungouvernement de coalition marqué par de nombreuses divergences entre les principaux partis, qui a également dû conclure des accords avec les indépendantistes, avec Bildu, avec une série de forces politiques qui ne sont pas encore très populaires en Espagne", ajoute l'expert en leadership politique.

Selon M. Ferrándiz, le PSOE a également souffert de ses erreurs, mais aussi de ses succès. Mais en tant que chef de gouvernement, "le président du parti qui fait partie de la coalition à laquelle il appartient a tendance à avoir ou à prendre tous les avantages électoraux et politiques".

PUBLICITÉ

"L'humeur sociale a changé"

En résumé, les deux experts s'accordent à dire que les électeurs ont changé. Ils recherchent désormais d'autres types d'intérêts. Selon José Pablo Ferrándiz, l'humeur sociale a changé :"Elle est passée de l'indignation à ce que nous appellerions une normalisation de la sphère politique", souligne-t-il.

De son côté, Euprepio Padula rappelle que "lorsqu'il y a un désenchantement vis-à-vis de la politique, deux choses peuvent se produire : soit on se tourne vers les populistes qui vous vendent des recettes faciles pour résoudre votre problème difficile, soit on se tourne vers un vote utile pour un parti que l'on connaît déjà, ce qui est le cas aujourd'hui en Espagne". "Personnellement, je pense qu'ils cherchent la solution qui leur semble la moins mauvaise", conclut-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Européennes : le Parti populaire espagnol favori

Espagne : manifestation à Madrid en faveur du chef de la droite, Alberto Núñez Feijoo

La droite conservatrice désignée par le roi d'Espagne pour former un nouveau gouvernement