EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Fusillade à Munich : une attaque préparée depuis un an

Fusillade à Munich : une attaque préparée depuis un an
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'enquête de la police bavaroise indique que le jeune tireur de 18 ans préparait son attaque depuis l'été dernier.

PUBLICITÉ

Le tireur avait préparé son geste depuis un an. Deux jours après l’attaque à Munich, qui a fait 9 morts et 35 blessés dans un centre commercial, le profil du jeune Germano-Iranien de 18 ans se dessine peu à peu.

Après avoir acheté illégalement un pistolet sur internet, il a créé un faux compte Facebook en mai dernier pour attirer des personnes au sein du McDonald local, leur promettant boissons et repas gratuits. C’est aux abords de l‘établissement de restauration rapide qu’ont été tirées 58 balles.

La police bavaroise a indiqué que l’analyse de son ordinateur permettait d’affirmer que “le suspect a planifié son geste depuis l‘été dernier“. La piste d’un tueur forcené et isolé se confirme.

Le tireur de Munich préparait sa tuerie “depuis un an”, révèle la police allemande https://t.co/3olRDvtMGJ#AFPpic.twitter.com/COinogW1bB

— Benoît Toussaint (@bntoussaint) 24 juillet 2016

Le tireur aurait notamment été influencé par la tuerie de Winnenden, dans le sud-ouest de l’Allemagne en 2009 : un jeune de 17 ans avait alors ouvert le feu dans son ancien collège, tuant 15 personnes, avant de se suicider, comme l’assaillant de Munich.

Les premières observations aboutissent à la conclusion qu’il s’est intéressé à cet acte“, en allant visiter la ville et y prendre des photos il y a un an, “et qu’il a planifié ensuite son propre acte“ de tuerie, a précisé le chef de la police bavaroise Robert Heimberger. Les photos, datées, ont été retrouvées sur son appareil photo. C’est ce qui permet aux enquêteurs de parler de préparatifs ayant duré une année.

Un lien “évident“ avec le massacre d’Andres Behring Breivik, perpetré il y a cinq ans jour pour jour en Norvège (le jour de la fusillade à Munich), avait par ailleur déjà été établi.

Daprès l’enquête, le jeune tireur n’aurait toutefois pas ciblé spécifiquement ses victimes au moment de tirer. Contrairement à ce qui avait été envisagé par plusieurs médias, il n’aurait rien eu en particulier contre les étrangers. Le chef de la police a précisé que le quartier où a eu lieu la fusillade et l‘établissement de restauration rapide étaient fréquentés surtout par des étrangers ou des Allemands d’origine immigrée, ce qui explique la présence de beaucoup d’entre eux parmi les victimes.

Dans la presse allemande • #Munich : après le choc, le temps des questions https://t.co/hrd2F3sUyepic.twitter.com/Bred3tSohO

— Courrier inter (@courrierinter) 24 juillet 2016

Pour le moment, rien ne permet de dire en si les personnes contactées via Facebook étaient présentes sur place. Les noms des victimes décédées ne figuraient pas parmi les personnes ayant laissé des messages sur le faux compte du réseau social.

Le jeune tireur, qui fréquentait un collège à vocation professionnelle, a fait l’objet de harcèlement de la part d’autres jeunes. La police a précisé avoir ouvert en particulier une procédure en 2012 contre trois jeunes, tout en soulignant que ces derniers ne comptaient pas parmi les victimes de la fusillade.

D’après les documents médicaux retrouvés dans sa chambre, il souffrait d’une “phobie sociale“.

avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le vice-président du Malawi inhumé dans son village natal

Trois touristes disparus sont retrouvés morts en une semaine sur des îles grecques

Autriche : trois touristes sont morts dans une avalanche