Erdogan se cherche des alliés

Erdogan se cherche des alliés
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Jusqu‘à présent, aucun dirigeant étranger n‘était allé à Ankara pour apporter son soutien à Recep Tayyip Erdogan après la tentative de coup d‘État du 15 juillet.

PUBLICITÉ

Jusqu‘à présent, aucun dirigeant étranger n‘était allé à Ankara pour apporter son soutien à Recep Tayyip Erdogan après la tentative de coup d‘État du 15 juillet. Alors le président turc a invité son vieil ami : l’autocrate Noursoultan Nazarbaïev, président du Kazakhstan depuis 26 ans.

Ankara semble ainsi jouer les victimes et continue d’attaquer ses « amis européens ».

« Au lieu de soutenir la démocratie, nos amis européens, dans un attitude typique, essaient de nous donner une leçon », explique le ministre turc des Affaires étrangères. « Ils profitent de cette tentative de coup d‘État pour révéler leurs réels sentiments qui sont la haine, l’islamophobie et leur position anti-turque ».

Frank-Walter Steinmeier, le chef de la diplomatie allemande assure au contraire qu’il fait tout pour rétablir une relation avec Ankara.

« Je m’efforce de faire en sorte que le dialogue avec la Turquie ne se fasse pas seulement par mégaphone, micro ou caméra interposée », a déclaré le chef de la diplomatie allemande. « Même dans cette période difficile, il n’y a pas d’autre alternative que le rétablissement d’un dialogue direct avec la Turquie ».

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Turquie : réélu pour cinq ans, Erdogan prononce son premier discours et fixe le cap

Elections européennes, la campagne électorale s'ouvre officiellement en Italie

Géorgie : 20 000 personnes contre la "loi russe"