Brexit : pas de délai supplémentaire (ministre allemand)

Brexit : pas de délai supplémentaire (ministre allemand)
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le ministre allemand des affaires européennes a réagi face au risque de retard pour l'ouverture des négociations du divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

PUBLICITÉ

Et si les Britanniques reportaient d’un an l’activation de la clause de sortie de l’Union européenne?
C’est la presse anglaise qui a jeté le pavé dans la mare. L’administration ne serait pas prête à entamer les négociations.

Brexit ministers “don't even know the right questions to ask” to EU negotiators (Sunday Times) pic.twitter.com/Bh3wdvA62U

— Luc de Barochez (@lucdebarochez) 14 août 2016

Du coup, la sortie effective de l’Union ne pourrait plus avoir lieu avant 2019.

Mardi, le ministre allemand des affaires européennes a jugé ce nouveau délai inutile. “Attendre jusqu‘à la fin de l’année semble réellement suffisant pour s’organiser et s’adapter à la nouvelle situation”, explique Michael Roth. “Je suis convaincu que la pression économique sur la Grande-Bretagne est suffisante. Il est dans l’intérêt des Britanniques et de son économie de fournir davantage de clarté sur la façon dont la Grande-Bretagne va continuer à avancer en dehors de l’Union européenne.”

Mi-juillet Theresa May, la nouvelle première ministre britannique, avait présenté son nouvel agenda. Les négociations de sortie ne devaient pas commencer avant la fin de l’année.
Ce qu’avaient finalement accepté les Européens.
Mais pas question d’envisager un délai plus long.

Brexit : l'Allemagne veut un accord avant les européennes de 2019 https://t.co/nhl7Yjg9wXpic.twitter.com/xKLRF3D9k3

— EurActiv.FR (@EurActiv_FR) 16 août 2016

Au Royaume-Uni, les partisans du Brexit sont sur la même ligne. Ils exhortent la nouvelle première ministre à accélérer le processus de sortie.
Jusque-là Theresa May a été très claire : les Anglais ont voulu le Brexit et ils l’auront. Quelle que soit la date.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Brexit: en visite à Berlin, Theresa May cherche à gagner du temps

Les premiers vols d'expulsion vers le Rwanda quitteront le Royaume-Uni dans quelques mois

Le Royaume-Uni veut abaisser degré d'alcool des vins pour promouvoir sa production à l'étranger