Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le FMI craint la montée du protectionnisme

Le FMI craint la montée du protectionnisme
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L‘économie en berne encourage le protectionnisme, or le protectionnisme nuit à la croissance. C’est la conclusion du dernier rapport du Fond monétaire international (FMI), qui a maintenu ce mardi ses prévisions de croissance mondiale pour cette année à +3,1%.

Surprise : cette année les projections de croissance pour la zone euro sont supérieures à celle des États-Unis. Les USA, victimes de l’appréciation du dollar et du manque d’investissements, se voient amputés de 0,6 points de croissance à +1.6%. Pour 2017, le FMI prévoit +2.2% aux États-Unis et +1,5% en zone euro.

En France, la prévisions est de +1,3% cette année, légèrement en dessous de la moyenne de la zone euro (+1,7 ). Pour 2017, le fonds maintient sa projection de +1,3.

Aux États-Unis comme en Europe, le FMI observe une recrudescence des politiques favorisant le repli sur soi plutôt que l’ouverture. “La croissance a été trop faible trop longtemps et dans de nombreux de pays elle a bénéficié à peu de gens. Les répercussions politiques de cela pourraient encore miner la croissance mondiale. Le Brexit est un exemple de cette tendance” a expliqué le chef économiste du FMI Maurice Obstfeld.

Très pessimiste après le référendum britannique, le fonds s’est montré rassurant, au regard notamment des bons chiffres de la consommation au Royaume-Uni. Le FMI a ainsi revu ses projections à la hausse pour le pays en 2016 (+1,8%), mais les a baissé pour l’an prochain (+1,1%), quand débuteront les négociations de sortie avec l’UE et leur lot d’incertitudes.

La livre sterling continue sa chute : elle s‘échangeait ce mardi à son plus bas niveau face au dollar depuis 31 ans. Une nouvelle que voient d’un bon œil les entreprises exportatrices. La Bourse de Londres clôturait en hausse de 1,3% à un niveau presque historiquement haut.