1500 mineurs de la Jungle de Calais en cours d'évacuation

1500 mineurs de la Jungle de Calais en cours d'évacuation
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Jeudi, ce sont les femmes et leurs enfants qui seront disséminés vers des centres d'accueil et d'orientation.

PUBLICITÉ

Le démantèlement de la Jungle de Calais est presque terminé. Mercredi, ce sont les migrants de moins de 18 ans qui ont été évacués.

Départs des mineurs de la “jungle” de Calais vers des centres d'accueil spécialisés. https://t.co/ODY3hH9fxY#AFP par zoeleroy</a> <a href="https://t.co/C1Hfdkd4JB">pic.twitter.com/C1Hfdkd4JB</a></p>&mdash; Agence France-Presse (afpfr) 2 novembre 2016

Près de 1500 jeunes au total devaient embarquer à bord d’une trentaine de bus affrétés pour l’occasion.
Ces jeunes seront dispersés dans des centres d’accueil disséminés sur le terriroire français.
Un départ souvent non souhaité. “On ne veut pas prendre le bus. On ne veut aller qu’en Angleterre, en Angleterre, pas en France”, explique un jeune homme.

Ces dernières semaines près de 300 mineurs ont pu quitter la France pour le Royaume-Uni après d’intenses négociations entre Londres et Paris. Mais beaucoup n’ont pas encore eu cette chance.

Mercredi, à Paris, une réunion consacrée à la situation de ces mineurs non accompagnés s’est tenue à Matignon. Les dossiers des jeunes qui veulent rejoindre l’Angleterre seront traités en priorité avec l’aide des autorités britanniques.

Quant à la Jungle de Calais, elle est désormais vide de tout occupant. 6000 personnes ont été évacuées depuis le début de son démantèlement.

La “jungle” de #Calais avant / après démantèlement – Le changement est impressionnant https://t.co/OYzXj4jX1g

— Elodie Rabé (@ElodieRabe) 1 novembre 2016

Jeudi, ce sont les femmes avec enfants qui quitteront leur centre de transit. Environ 400 personnes sont concernées.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Tensions à Paris autour de l'accueil des migrants

Calais: "je veux rejoindre ma famille au Royaume-Uni"

Nouvelle-Calédonie : un sixième homme est mort dans des affrontements