Allemagne : polémique sur les contrôles au faciès et le terme "Nafri"

Allemagne : polémique sur les contrôles au faciès et le terme "Nafri"
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Polémique en Allemagne après une vaste affaire de contrôles au faciès.

PUBLICITÉ

Polémique en Allemagne après une vaste affaire de contrôles au faciès. La police de Cologne est dans la tourmente car elle aurait, le soir du Nouvel An, arrêté devant la gare centrale et placé sous surveillance plusieurs centaines d’hommes selon des critères purement raciaux. Les autorités ont expliqué que tous étaient des “Nafris” – l‘équivalent allemand de “Nord-Af”, ce qui a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux notamment.

#PolizeiNRW#Silvester2016#SicherInKöln: Hundreds of Nafris screened at main railway station. Details follow. https://t.co/VYMQuT6B7upic.twitter.com/LWrtAXAouq

— Polizei NRW K (@polizei_nrw_k) 31 décembre 2016

Jürgen Mathies, chef de la police de Cologne :
“Ces jeunes hommes maghrébins se sont comportés de façon suspecte, ils ont été observés à côté de la gare centrale déjà à partir de 19h. Nous avons vu des personnes qui étaient en partie alcoolisées, (d’après ce que l’on m’a décrit) ils étaient en groupe debout et ils devenaient agressifs. Il était clair qu’il allait se passer quelque chose si nous n’intervenions pas rapidement et de façon conséquente”.

A la Saint Sylvestre l’année dernière à Cologne, des centaines de jeunes-femmes s‘étaient plaint d’attouchements et d’agressions sexuelles. De nombreuses plaintes avaient été déposées et déjà des voix s‘étaient élevées contre la politique de bras ouverts de la Chancelière allemande en matière d’immigration.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les marchés de Noël allemands ne diffuseront pas de musique cette année

La justice allemande condamne le gouvernement d’Olaf Scholz pour inaction climatique

L'Allemagne et l'Otan tentent de rassurer sur le soutien à l'Ukraine