PUBLICITÉ

Brésil : 130 prisonniers toujours en cavale après une émeute sanglante

Brésil : 130 prisonniers toujours en cavale après une émeute sanglante
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Cinquante-quatre détenus ont déjà été retrouvés mais la plupart se cachent désormais dans l'immense forêt amazonienne.

PUBLICITÉ

Trois jours après les émeutes sanglantes à la prison de Manaus au nord du Brésil, la chasse à l’homme continue.

#Brésil: chasse aux fugitifs après la sanglante #mutinerie de #Manaus – Lindépendant.fr https://t.co/q0Pe9yYGMJ

— L'Indépendant (@lindependant) 3 janvier 2017

Au moins 130 détenus sont toujours en cavale depuis lundi matin même si la police en a déjà retrouvé 54.

Une chasse à l’homme qui pourrait encore durer : depuis la forêt amazonienne où ils se sont réfugiés, des détenus narguent la police sur facebook
Un des fuyards a même annoncé aux filles de la région qu’il était célibataire.

Mutinerie de #Manaus : réfugié dans la forêt amazonienne, il nargue la police (PHOTOS) https://t.co/zHr21jq0Nlpic.twitter.com/ur1wZnjcVt

— RT France (@RTenfrancais) 3 janvier 2017

Mais les enquêteurs doivent aussi retrouver les auteurs de la tuerie qui s’est produite au sein même de la prison entre dimanche et lundi. Un véritable massacre : au total 56 corps ont été retrouvés décapités. C’est une guerre de territoire opposant deux puissants cartels de la drogue qui expliquerait cette tuerie, la plus importante dans une prison brésilienne depuis 1992.

Avec plus de 600 000 détenus derrière les barreaux, la population carcérale du Brésil est la quatrième de la planète, derrière celle des Etats-Unis, de la Chine et de la Russie. Les prisons brésiliennes y sont surpeuplées avec un taux d’occupation de 167% au niveau national.

Mardi, le gouvernement fédéral brésilien a annoncé la création de 20 000 places supplémentaires.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : au moins 100 morts et 128 disparus dans les inondations au Brésil

Inondations au Brésil : au moins 66 morts et 101 disparus

Macron au Brésil : un renouveau dans les relations entre les deux pays