La fermeture de la frontière américaine vue de Téhéran

La fermeture de la frontière américaine vue de Téhéran
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

À la suite du décret anti-immigration de Donald Trump, Téhéran a décidé d’appliquer le principe de réciprocité et interdit l’entrée en Iran des ressortissants…

PUBLICITÉ

À la suite du décret anti-immigration de Donald Trump, Téhéran a décidé d’appliquer le principe de réciprocité et interdit l’entrée en Iran des ressortissants américains.

Pour Homayoon, cette crise diplomatique prend la forme d’une réalité bien concrète : ses parents et ses deux soeurs vivent aux Etats-Unis et ils sont désormais séparés.

“Avant tout cela mes parents pouvaient facilement voyager en Iran pour venir me voir” dit le jeune homme qui habite Téhéran. “Mais maintenant, c’est un désastre, nous allons être séparés, et nous n’avons pas quand nous pourrons nous revoir.”

Le responsable de la chambre de commerce franco-iranienne, Mahdi Mir Emadi, estime lui que les milieux des affaires n’ont pas à s’inquiéter du nouveau refroidissement diplomatique.

Mahdi Mir Emadi, responsable de la Chambre de commerce franco-iranienne : “Voilà 17 ans que nous n’avons pas de contacts avec les Etats-Unis : l’interdiction d’entrée faite aux Iraniens n’aura pas de conséquences économiques.”

Javad Montazeri, correspondant d’Euronews à Téhéran : “Au moment où les relations entre les Etats-Unis et l’Iran s’amélioraient à la faveur de l’accord sur le nucléaire, la décision de Trump place le président Hassan Rohani dans une position difficile face aux critiques dont il fait l’objet en Iran. La question est maintenant de savoir qui tire le plus de bénéfices de cette situation : les Iraniens, les Américains, ou les extrémistes des deux pays ?”

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Près d'un Américain sur deux soutien le décret anti-immigration

Crise diplomatique entre la Pologne et Israël après la mort de sept humanitaires à Gaza

La loi texane criminalisant l'entrée illégale sur le territoire de nouveau suspendue en cour d'appel