EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Philippines : l'église critique la politique du gouvernement appelant au meurtre de narcotrafiquants

Philippines : l'église critique la politique du gouvernement appelant au meurtre de narcotrafiquants
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La guerre déclarée aux narcotrafiquants par le président philippin Rodrigo Duterte, il y a sept mois, dès son élection, a fait réagir l‘église catholique…

PUBLICITÉ

La guerre déclarée aux narcotrafiquants par le président philippin Rodrigo Duterte, il y a sept mois, dès son élection,
a fait réagir l‘église catholique dimanche. Dans plusieurs lieux de culte de la capitale Manille, des prêtres ont ainsi lu un texte critique à l‘égard de cette politique encourageant les policiers à tuer des toxicomanes. Ils considèrent, en substance, que cela ne respecte guère la charité chrétienne.

“Nous sommes préoccupés de ce à quoi mènent de telles méthodes, a déclaré le prêtre Joselito Sarabia : le règne de la terreur dans les milieux les plus pauvres ainsi que la mort d’innocents, lesquelles ne sont pas prises en compte dans les statistiques. Les autorités sont d’ailleurs indifférentes à cela.”

Le gouvernement a conseillé à l‘église de ne pas se mêler de ce sujet. Le président Duterte a toutefois reconnu qu’il pouvait y avoir des bavures. Il a même concédé que 40% des policiers étaient corrompus. Plus de 7 600 personnes ont été tuées depuis que le chef de l’Etat a lancé cette guerre contre les trafiquants de drogue. Dans un récent rapport, Amnesty International dénonce une vague de meurtres généralisée, délibérée et systématique. Et parle de “crimes contre l’humanité” susceptibles de mener leurs auteurs devant la Cour pénale internationale (CPI).

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

A Copenhague, le quartier hippie de Christiania dit stop au trafic de drogue

À Belfast, les proches des victimes du conflit nord-irlandais contestent une loi d'amnistie

France : des dizaines de milliers de personnes contre "les violences policières et le racisme"