EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Allemagne : "l'effet Schulz" fait de l'ombre à la chancelière

Allemagne : "l'effet Schulz" fait de l'ombre à la chancelière
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A sept mois des élections fédérales allemandes, le vent semble tourner à la faveur des sociaux démocrates du SPD.

PUBLICITÉ

A sept mois des élections fédérales allemandes, le vent semble tourner à la faveur des sociaux démocrates du SPD. Le candidat à la chancellerie Martin Schulz grimpe dans les sondages, offrant au parti de centre-gauche sa plus forte popularité depuis dix ans.

L’ancien président du Parlement européen est relativement novice sur la scène nationale allemande, et n’a pas encore dévoilé son programme. Peu importe, certains analystes parlent déjà “d’effet Schulz”, ou même de “Schulzmania”.

En effet, certains indicateurs soulignent la bonne dynamique de sa campagne. Depuis qu’il s’est lancé dans la course en janvier, sa popularité monte en flèche. Il est désormais à égalité avec Angela Merkel avec 55% d’opinions favorables, d’après l’institut Infratest dimap.

D’après les dernières estimations de la télévision publique allemande ARD, le SPD est crédité de 32% des intentions de vote, un point devant les chrétiens-démocrates (CDU) d’Angela Merkel.

Good morning from Berlin where #Merkel's challenger Martin Schulz is talk of the town as his #SPD has risen to 10y high in latest polls. pic.twitter.com/ii37NphAIX

— Holger Zschaepitz (@Schuldensuehner) 12 février 2017

A la question : quel parti devrait selon vous conduire le prochain gouvernement ? Le SPD a aussi pointé en tête (50% contre 39% en faveur de la CDU).

Martin Schulz bénéficie-t-il d’un ras-le-bol des Allemands, gouvernés depuis 12 ans par Angela Merkel ? Le virage à gauche qu’il a entrepris, en promettant de revenir sur les réformes libérales du social-démocrate Gerhard Schröder a fait beaucoup de bruit, mais semble l’avoir placé au rang d’alternative crédible.

Im Mittelpunkt meiner politischen Anstrengung wird immer stehen, dass jeder in Deutschland Arbeit bekommt und in Würde davon leben kann.

— Martin Schulz (@MartinSchulz) 15 février 2017

En revanche Martin Schulz s’est attiré les foudres de la CDU, qui forme aux côtés du SPD la coalition gouvernementale. L’un des responsables de la CDU a récemment qualifié Schulz de “social-populiste”, en l’accusant d’assombrir volontairement le tableau, alors que l’Allemagne frôle le plein-emploi.

La dynamique de Schulz coïncide avec la recul de l’extrême droite AfD. Certains de leurs électeurs anti-Merkel, pensent que l’ancien libraire, qui n’est pas titulaire du baccalauréat, est le seul à pouvoir disputer la victoire à la chancelière sortante.

Dans le même temps, Martin Schulz s’est attiré les faveurs de la gauche radicale Die Linke, qui n’exclut plus une éventuelle coalition avec le SPD après les élections.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Régionales en Allemagne : vote sanction contre la coalition d'Olaf Scholz

Élections régionales en Allemagne : un test important pour la coalition d'Olaf Scholz

Nigel Farage, le trublion des législatives au Royaume-Uni ?