PUBLICITÉ

Pour les plus conservateurs des républicains, la réforme de l'Obamacare ne va pas assez loin

Pour les plus conservateurs des républicains, la réforme de l'Obamacare ne va pas assez loin
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le projet de réforme de l’Obamacare est insuffisant pour l’aile la plus conservatrice des républicains.

PUBLICITÉ

Le projet de réforme de l’Obamacare est insuffisant pour l’aile la plus conservatrice des républicains. Elle menace de ne pas voter le texte élaboré par l’administration de Donald Trump. Un texte qui prévoit de supprimer certaines mesures introduites sous Obama pour élargir le nombre d’Américains bénéficiant d’une couverture-maladie.

“Dans une certaine mesure, et je dirais même dans une très large mesure, j’ai été élu pour abroger et remplacer l’Obamacare, a martelé le président américain. Nous sommes tous dans le même bateau, c’est très important, alors faisons-le.”

Ce que contestent les plus conservateurs, c’est notamment le fait que la nouvelle réforme maintienne des aides publiques – sous forme de crédits d’impôt – pour aider une partie des Américains à payer leurs primes d’assurance.

“Cette proposition de loi, le American Health Care Act, tient notre promesse d’abroger et de remplacer l’Obamacare, a pour sa part plaidé le président de la Chambre des Représentants, Paul Ryan. Elle permet plus de choix et de concurrence pour que vous puissiez avoir l’assurance qu’il vous faut et que vous pouvez vous payer. “

Alors que les opposants à cette réforme se mobilisent, l’opposition démocrate fait bloc et promet de voter contre. Avant l’Obamacare, 16 % de la population n‘était pas couverte. Ils ne sont plus que 9% aujourd’hui.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Remplacement d'Obamacare : les républicains dévoilent leur projet

Violences entre manifestants pro-israéliens et pro-palestiniens sur le campus UCLA

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia