EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Trumpcare : "14 millions d'Américains perdraient leur couverture santé d'ici un an"

Trumpcare : "14 millions d'Américains perdraient leur couverture santé d'ici un an"
Tous droits réservés 
Par Cecilia Cacciotto
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Congressional Budget Office (CBO), agence fédérale qui fait partie de la branche législative des Etats-Unis, estime que 14 millions de personnes perdraient leur couverture santé d'ici l'an pr

PUBLICITÉ

Les dépenses de santé aux Etats-Unis sont estimées à 20 % du PIB pour 2017, un record mondial qui se chiffre à 3,5 trillions de dollars. Moins de la moitié de ces dépenses sont financées par le gouvernement américain. (A titre de comparaison, selon l’OCDE, au sein de l’Union européenne, les pays membres prennent en charge environ 72 % des dépenses de santé.)

A ce jour, 28 millions d’Américains sur 324 n’ont encore aucune couverture santé.
Et pourtant, cela a progressé. Depuis mars 2010 et la signature de l’ACA, la loi sur la protection des patients et des soins abordables, appelée aussi Obamacare, 20 millions d’Américains ont pu s’assurer.

L’Obamacare a rendu obligatoire pour toute compagnie d’assurance santé de proposer au minimum 10 garanties essentielles : la prise ne charge des urgences, de l’hospitalisation, de l’accouchement et la prise en charge du nouveau-né, la santé mentale, les prescriptions médicales, les services de rééducation, les analyses en laboratoire, la prévention et la prise en charge des maladies chroniques, les services pédiatriques (soins ophtalmologiques et auditifs compris). (Et pour l’ensemble de ces garanties, aucun plafond de remboursement ne peut être fixé.)

Elle permet aux jeunes de rester sur la police d’assurance de leurs parents, elle oblige aussi tous les chefs d’entreprise qui emploient plus de 50 salariés à souscrire une assurance pour leurs salariés, elle a élargi la couverture des plus âgées par Medicaid et aidé financièrement les revenus les plus modestes à financer leur couverture santé.

Mais Trump a promis d’abroger l’Obamacare. Dès le 20 janvier dernier, juste après sa cérémonie d’investiture, c’est le premier ordre exécutif qu’il a signé. Son nouveau projet de loi est sensé remplacer l’Obamacare.

Avec l’entrée en vigueur d’un Trumpcare, le Congressional Budget Office (CBO), agence fédérale qui fait partie de la branche législative des Etats-Unis, a cependant estimé que *14 millions de personnes perdraient leur couverture santé d’ici l’an prochain et 24 millions d’ici 2026*.

Ce qui embête les Républicains les plus conservateurs, c’est le coût de l’Obamacare sur les finances publiques, les contraintes exercées sur les assureurs privés, l‘élargissement de Medicaid pour les plus pauvres, et l’obligation sous peine de pénalités financières de s’assurer.
Depuis le 1er janvier 2014, tous les Américains qui paient des impôts doivent en effet disposer d’une assurance-maladie. Tout résident ou citoyen non-assuré s’expose à des amendes (695 USD par adulte et 347,50 USD par enfant), sauf s’il est Amérindien, Amish, clandestin ou encore prisonnier…

Pour Donald Trump, le problème des dépenses de santé aux Etats-Unis vient aussi de l’armée de lobbyistes des géants pharmaceutiques, “un cartel du médicament” qui maintient des prix élevés, et qu’il accuse donc de coûter très cher au gouvernement fédéral.

POTUS</a> menace : s&#39;il n&#39;obtient pas le vote ce soir, il laisse tomber la réforme de santé et passe à la réforme fiscale. <a href="https://twitter.com/hashtag/Trumpcare?src=hash">#Trumpcare</a> <a href="https://t.co/aO6VLleLVO">pic.twitter.com/aO6VLleLVO</a></p>&mdash; jean-eric branaa (BranaaJean) 24 mars 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Donald Trump renonce à abroger l'Obamacare

Revers cinglant pour Donald Trump : le vote sur la réforme de l'Obamacare repoussé

Trump confond le nom de son médecin tout en accusant Biden de déclin cognitif