Attaque chimique : Damas acceptera une enquête internationale "non politisée"

Attaque chimique : Damas acceptera une enquête internationale "non politisée"
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le démenti syrien n’a pas changé d’un iota : l’armée syrienne “n’a pas utilisé et n’utilisera jamais” des armes chimiques contre son propre peuple, “pas même” contre les rebelles et les djihadistes, a

PUBLICITÉ

Le démenti syrien n’a pas changé d’un iota : l’armée syrienne “n’a pas utilisé et n’utilisera jamais” des armes chimiques contre son propre peuple, “pas même” contre les rebelles et les djihadistes, a affirmé jeudi le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem.

Pour lui, la Syrie est victime d’une “campagne complotiste”.

“Le premier raid aérien lancé par l’armée syrienne a eu lieu à 11h30 ce jour là. Il a visé un dépôt d’armes appartenant au front Al Nosra, qui contient des armes chimiques”.

Dans le même temps le Conseil de Sécurité des Nations Unies tente de mettre sur pieds une résolution condamnant le régime de Damas. Son envoyé pour la Syrie, Jan Egeland, à Genève :
“Une guerre où les enfant meurent en suffoquant à cause de substances chimiques est une guerre très, très sale”.

Au moins 86 personnes, dont 30 enfants, ont été tuées lors d’un raid mené mardi sur Khan Cheikhoun, petite ville de la province rebelle d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

Damas a affirmé que ce jeudi qu’une enquête internationale sur cette attaque était possible, mais qu’elle ne devait pas être “politisée”.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Washington demande à Moscou de réfléchir à son soutien au régime de Bachar el-Assad

Syrie : une frappe israélienne sur le consulat d'Iran à Damas tue 7 personnes

Syrie : 20 combattants kurdes tués dans un nouveau raid de la Turquie