EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Turquie : les partisans du "oui" font la fête

Turquie : les partisans du "oui" font la fête
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La victoire n’est pas encore officielle, mais les partisans du président Erdogan font déjà la fête à Istanbul.

PUBLICITÉ

La victoire n’est pas encore officielle, mais les partisans du président Erdogan font déjà la fête à Istanbul.

Turquie : les résultats du référendum turc sont « clairs », estime Erdogan
https://t.co/7eymidslIppic.twitter.com/3mZHhwDe0K

— Monde contemporain (@mondejdlm) 16 avril 2017

Avec un peu plus de 98% des bulletins dépouillés, le oui l’emporte en Turquie. 51,3% de oui, contre 48,7% de non, c’est le résultat partiel donné vers 19h40. L’extrême est et l’extrême ouest du pays ont voté non, mais le oui s‘étale dans tout le centre du pays.
A Istanbul et Ankara le non l’emporte d’une courte tête.
Concernant le vote à l‘étranger, il est en majorité en faveur du oui, à presque 60%. Les Turcs de France ont voté oui à plus de 62%.

#Turquie Moins de 3 heures avant la fin d’un #référendum historique sur le renforcement du président #Erdogan. La matinée en photos #AFPpic.twitter.com/JiHKKMqd8K

— Gokan Gunes (Gokan_Gunes) <a href="https://twitter.com/Gokan_Gunes/status/853568530876420096">16 avril 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>Les électeurs étaient appelés à se prononcer lors d'un référendum controversé sur une modification de la constitution. Elle est destinée à renforcer les pouvoirs du président turc. <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Turquie. Un référendum pour saboter la démocratie <a href="https://t.co/2tIfnWPsqI">https://t.co/2tIfnWPsqI</a> <a href="https://t.co/tZctNOliKz">pic.twitter.com/tZctNOliKz</a></p>— Courrier inter (courrierinter) 16 avril 2017

Le pouvoir exécutif sera détenu par le président, la fonction de Premier ministre sera supprimée et Recep Tayyip Erdogan pourrait rester au pouvoir au moins jusqu’en 2029. Ses détracteurs dénoncent une dérive autoritaire. > A l’heure du référendum en #Turquie, retour sur la dérive autoritaire du régime de Recep Tayyip #Erdogan. #rappelhttps://t.co/JqFW6oUjYzpic.twitter.com/qmIsBvoPf5

— Rédac France Culture (@FC_actu) 16 avril 2017

L’opposition dénonce des manipulations, et exige que soient recomptés 60% des bulletins.

Le CHP conteste… 60% des résultats! Une déclaration de guerre? # Turquie

— Claude Guibal (@ClaudeGuibal) 16 avril 2017

Le Conseil électoral supérieur turc a annoncé en plein référendum que les bulletins ne comportant pas le tampon officiel du bureau de vote seraient tout de même valides, suscitant la colère de l’opposition.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le référendum turc ou la stratégie de toute-puissance

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux