EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Venezuela: marche pacifique de l'opposition

Venezuela: marche pacifique de l'opposition
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plusieurs milliers de manifestants dans les rues de Caracas.

PUBLICITÉ

Plusieurs milliers de manifestants dans les rues de Caracas. Des t-shirts blanc, couleur de la paix et des mains levés…. “Nous ne sommes pas armés”, crie le cortège.
La marche de samedi était un rassemblement silencieux, la volonté pour l’opposition de se démarquer des violences qui ont lieu depuis le début des manifestations anti-gouvernement début avril. En trois semaines, vingt personnes seraient mortes.

“Nicolas Maduro, ceci est une marche pacifique. Nous n’avons pas d’armes. Nous ne croyons pas en la violence. Nous résistons parce que nous voulons la paix, la tranquilité. Nous voulons être avec nos familles. Nous ne voulons pas que les Vénézuéliens aient à voler à cause de la faim. Nous souhaitons que tout le monde ait des médicaments et de la nourriture”, explique la femme de Leopoldo Lopez, un des principaux opposants aujourd’hui en prison.

La nuit de jeudi à vendredi a fait 11 morts. Difficile de savoir avec certitude d’où proviennent les violences mais chacun des camps accuse l’autre d’en être à l’origine.
Plus de 600 personnes ont été arrêtées, selon l’ONG Foro Penal.
Jorge Rodriguez, le maire d’un district de Caracas, a notamment qualifié les dirigeants de l’opposition de “bêtes assoiffées de sang”, en assurant qu’ils “voulaient brûler vifs” des enfants.
Après les défilés de samedi, un “blocage national” des routes est prévu lundi.

Mercredi et jeudi, les rassemblements avaient dégénéré entre manifestants et forces de l’ordre à coup de cocktails molotovs et de gaz lacrymogènes.

Les antichavistes (du nom du défunt président Hugo Chavez, 1999-2013) sont engagés dans un bras de fer avec le gouvernement et multiplient les mobilisations en misant sur l‘épuisement du camp adverse. Ils demandent le départ de Nicolas Maduro et la tenue d‘élections anticipées.

Le mandat du président est supposé courir jusqu‘à la fin 2018.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Venezuela : reprise du contrôle d'une prison sous la coupe d'un gang

Le vice-président du Malawi inhumé dans son village natal

Trois touristes disparus sont retrouvés morts en une semaine sur des îles grecques