Donald Trump se dit victime d'une "chasse aux sorcières"

Donald Trump se dit victime d'une "chasse aux sorcières"
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

Comme à son habitude, Donald Trump a réagi sur Twitter au lendemain de la nomination d’un procureur spécial pour enquêter sur l’ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine. Dans un premier tweet, il a dénoncé “la plus grande chasse aux sorcières contre un politicien aux Etats-Unis”. Dans un second, il est revenu sur “les actes illégaux d’Hillary Clinton et de l’administration Obama” pour lesquels “aucun procureur spécial n’a été nommé”.

This is the single greatest witch hunt of a politician in American history!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) May 18, 2017

With all of the illegal acts that took place in the Clinton campaign & Obama Administration, there was never a special counsel appointed!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) May 18, 2017

Le procureur spécial en question est Robert Mueller, un ancien directeur du FBI, et il aura les coudées franches pour enquêter indépendamment du ministère de la justice sur les liens présumés entre des membres de l‘équipe de campagne de Donald Trump et des responsables russes. Mais l’enquête pourra aller bien plus loin, comme l’explique la professeure de Droit Jessica Levinson, de la Loyola Law School :

“Vous pouvez commencer une enquête spéciale restreinte au départ, et avancer en interrogeant davantage de personnes, en rassemblant plus de documents, en élargissant cette enquête. C’est sans doute la crainte de l’administration Trump, le fait qu’elle ne soit pas restreinte et qu’elle puisse être comme une pieuvre avec de multiples tentacules”, assure-t-elle.

L’opposition démocrate réclamait cette enquête indépendante depuis le limogeage du directeur du FBI, James Comey, la semaine dernière. Elle soupçonne le président de tentative d’entrave à la justice. Selon la presse, il aurait cherché à convaincre Comey de classer une enquête qui visait son conseiller Michael Flynn.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La loi texane criminalisant l'entrée illégale sur le territoire de nouveau suspendue en cour d'appel

Trump obligé de vendre des biens pour payer une caution de 454 millions de dollars ?

États-Unis : Gaza s'invite dans la primaire démocrate du Michigan