EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le Portugal sort de la procédure de déficit excessif

Le Portugal sort de la procédure de déficit excessif
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

En revanche la France et l'Espagne ne respectent toujours pas les règles européennes

PUBLICITÉ

Le Portugal peut enfin souffler. La Commission européenne vient de recommander la sortie du pays de la procédure de déficit excessif, laquelle peut, à terme aboutir à des sanctions et des amendes.

Le portugal était sous le coup de cette procédure depuis 2009. Il devrait afficher l’an prochain un déficit public de 1,9% du pib, après 1,8% cette année et 2% en 2016. Bien au dessous donc du seuil des 3% fixé par les régles européennes. Des chiffres obtenus selon le président portugais grâce au sacrifice des portugais pendant plusieurs années

“Basé sur les informations dont nous disposons à ce stade et les assurances que nous avons reçues du gouvernement portugais, nous sommes convaincus d’une réduction durable du déficit. C’est donc une décision très claire et unanime de la commission et nous paratgeons le même point de vue” a déclaré Pierre Moscovici, le Commissaire européen aux Affaires économiques.

L’abrogation de la procédure de déficit excessif pour la #Portugal et la #Croatie est une reconnaissance des efforts faits par ces 2 peuples

— Pierre Moscovici (@pierremoscovici) 22 mai 2017

La France et l’Espagne sont quant à elles toujours sous le coup de cette procédure. Pour 2018, la France devrait être le seul pays de la zone euro à afficher un déficit public au dessus des 3% du PIB (à 3,2%), tandis que l’Espagne devrait descendre à 2,6%, donc passer en dessous du seuil limite.

Avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Après l'austérité, la Grèce renoue avec un croissance soutenue, favorisée notamment par le tourisme

UE : quelles sont les leçons à tirer de la crise grecque ?

UE : toujours pas d'accord économique pour faire face à la pandémie