Climat : Donald Trump promet une annonce "dans les jours à venir"

Climat : Donald Trump promet une annonce "dans les jours à venir"
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

Donald Trump est-il sur le point de retirer les Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat ? C’est ce qu’annoncent plusieurs médias américains ce mercredi. Samedi dernier, le locataire de la Maison-Blanche avait été le seul des dirigeants du G7 à refuser de confirmer son engagement envers cet accord. Faisant durer le suspense, il s’est contenté de tweeter que sa décision serait connue dans les prochains jours.

I will be announcing my decision on the Paris Accord over the next few days. MAKE AMERICA GREAT AGAIN!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 31 mai 2017

Un retrait américain serait lourd de conséquences pour l’accord auquel ont souscrit près de 200 pays fin 2015. Objectif : limiter la hausse de la température mondiale, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Or les Etats-Unis sont le deuxième émetteur de CO2 derrière la Chine. Et l’objectif des Etats-Unis, fixé par l’administration Obama, est une réduction de 26% à 28% des émissions d’ici 2025 par rapport à 2005.

Durant sa campagne, l’homme d’affaires septuagénaire avait promis “d’annuler” cet accord, contraire selon lui aux intérêts des Etats-Unis. Mais depuis son arrivée à la Maison-Blanche le 20 janvier, il a laissé planer le doute, envoyant des signaux contradictoires, son administration étant elle-même partagée sur cette question.

D’autres puissances, comme l’Union européenne, le Canada et la Chine ont en tout cas réaffirmé leur engagement à respecter ce texte-clé pour combattre le changement climatique, même si les Etats-Unis renonçaient.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La loi texane criminalisant l'entrée illégale sur le territoire de nouveau suspendue en cour d'appel

Trump obligé de vendre des biens pour payer une caution de 454 millions de dollars ?

États-Unis : Gaza s'invite dans la primaire démocrate du Michigan