Législatives : pourquoi une telle abstention ?

Législatives : pourquoi une telle abstention ?
Tous droits réservés 
Par Olivier Peguy
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Elements d'explication sur le taux record d'abstention enregistré lors du 1er tour des législatives.

PUBLICITÉ

Des bureaux de vote vides. Déséspéremment vides.
Le premier tour des législatives ce dimanche aura été marqué par un taux d’abstention record : 51,29%. Du jamais vu aux législatives sous la Ve République.

>> Résultats complets du ministère de l’Intérieur

Tout scrutin confondu, ce sont les élections européennes de 2009 qui ont le plus été boudées par les citoyen, avec une abstention à près de 60%.

Pour les législatives, la tendance est à un désintérêt de plus en plus marqué.
L’abstention suit une courbe ascendante de manière quasi-permanente depuis les débuts de la Vème République.

22,82% d’abstention en 1958
10 points de plus en 1993
En ce record aujourd’hui : 51,29%
Plus d’un électeur sur deux a préféré aller à la pêche ou à la plage.

En général je vote, mais là, pour ces élections, je ne me sentais pas trop concerné. Donc je n’ai pas voté.”

J’ai voté pour la présidentielle, mais là, pour les législatives, non. Les candidats je ne les connais pas du tout. “

Sentiment de lassitude, défiance vis-à-vis de la classe politique

Certains électeurs reconnaissent un sentiment de lassitude après des mois de campagne politique : il y a eu les primaires à gauche, à droite, puis la présidentielle, ce scrutin qui cristallise l’attention.
Pour les législatives qui suivent, il y a “relâche”.

Autre explication, la défiance vis-à-vis de la classe politique.

« Les électeurs sont lassés du système bipolaire qui prévaut depuis la Révolution française. Ils sont devenus très cynique vis-à-vis de la classe politique. Ils ne font plus confiance aux politiciens. »
Hall Gardner, Professeur à l’Université américaine de Paris

Problème : cette forte abstention risque d’entamer une partie de la légitimité de l’Assemblée nationale. « Ce n’est pas une bonne nouvelle pour la démocratie », ajoute un politologue, qui voit là un affaiblissement de l’Assemblée par rapport au président.

Macron sans opposition, Une abstention record – A la Une de l‘édition spéciale du Monde bouclée à l’instant pic.twitter.com/TIzoY0mYVu

— Luc Bronner (@lucbronner) 12 juin 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Législatives : Exit Glavany, Camba, Yade, Guaino...

Vers une majorité écrasante pour Macron

Les journalistes ont eu un accès rare au sous-marin français à propulsion nucléaire de classe Rubis