Glyphosate : les experts européens sont-ils fiables ?

Glyphosate : les experts européens sont-ils fiables ?
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

L’Agence européenne de la sécurité des aliments (EFSA) dans la tourmente depuis qu’elle a donné son feu vert au glyphosate, un herbicide controversé. 46 % de ses experts sont en conflit d’intérêt en raison de leurs liens avec l’industrie agro-alimentaire selon l’ONG Corporate Europe Observatory.

“Lorsqu’une compagnie veut mettre un pesticide sur le marché, elle doit demander une étude de risques. C’est ce que l’EFSA et différents experts des Etats membres font, explique James Ramsay. Dans le cas du Glyphosate, nous avons étudié les risques pour les consommateurs, les animaux, et l’environnement. Nous considérons que ces études sont très détaillées, et nous avons également pris en compte de nombreuses autres informations scientifiques publiques”.

Un groupe d’eurodéputés a interpellé mardi la Commission européenne sur les études controversées sur lesquelles l’EFSA s’est appuyée.

Je demande un moratoire d’urgence sur le #glyphosate au Parlement Européen#Monsanto#MonsantoPaperspic.twitter.com/cQxa153Vb5

— José Bové (@josebove) 14 juin 2017

“Son avis allait a l’encontre d’un avis qui a été rendu par le Centre International de Recherche sur le Cancer, et qui pour le coup avait classé le glyfosate comme probablement cancérigène, précise Suzanne Dalle de Greenpeace France. Les agences européennes, dans les évaluations qu’elles font, vont se focaliser uniquement sur des études commandées directement par l’industrie, par les mêmes personnes qui les vendent et qui ne rendent pas ces études publiques”.

Le glyphosate est notamment présent dans le désherbant le plus vendu au monde, le RoundUp de la multinationale Monsanto.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Manifestation contre la fusion Bayer - Monsanto

Le roi Charles III est atteint d'un cancer, annonce Buckingham

Un jeune autrichien de 10 ans sauvé par un implant crânien imprimé en 3D